La VAE ou validation des acquis de l’expérience est une excellente alternative pour obtenir un diplôme ou un certificat. Ceux-ci doivent être en relation avec le secteur d’activité exercé. Ce dispositif est accessible à tous, mais il faut respecter plusieurs étapes importantes. Faites le point sur la procédure.

Définition de la VAE

La VAE désigne une procédure permettant de convertir des années d’expérience dans un domaine donné en diplôme ou en certificat. Elle est accessible à tout individu actif ou l’ayant été.

Droit individuel, la VAE est régie selon deux dispositifs légaux, à savoir le Code de l’éducation et le Code du travail. En ce sens, il s’agit d’une procédure règlementée. Elle ne consiste pas à convertir les années en diplôme et ne s’inscrit pas dans le cadre d’une formation quelconque.

Elle n’est pas non plus une démarche pour reprendre des études. La VAE exige une expérience professionnelle qui se rapporte directement avec le diplôme ciblé. Elle s’obtient également à partir d’une décision de jury qui examine le dossier.

Le certificat de qualification professionnelle délivré à l’issue de la VAE relève du Répertoire national des certifications professionnelles. Les diplômes et les titres dépendent de plusieurs structures gouvernementales ou institutionnelles. Que vous soyez salarié, non-salarié, demandeur d’emploi ou volontaire/bénévole, vous pouvez demander une VAE. Son obtention est aussi ouverte aux artisans, intérimaires ou dans la profession libérale. Quel que soit votre âge, vous pouvez recourir à ce dispositif de valorisation des expériences.

La condition sine qua non reste l’exercice de l’activité pendant au moins un an. Il est également primordial que le métier et le diplôme visé soient directement liés. À travers la validation, vous faites valoriser toutes vos expériences et obtenez un diplôme en retour.

Pourquoi faire une Validation des Acquis de l’Expérience ?

La VAE est une opportunité d’obtenir un diplôme après avoir acquis une expérience professionnelle dans un secteur donné. Elle exempte ainsi de formations professionnelles ou d’études supérieures pour avoir une certification officielle. Cette reconnaissance des expériences peut comprendre une partie ou la totalité du certificat souhaité. Toutefois, il convient de préciser que ce parcours s’effectue en plusieurs étapes, dont le passage devant un jury compétent.

La VAE vous servira dans plusieurs contextes professionnels. Si vous accédez par exemple à une promotion et gagnez en responsabilités, la validation vous octroie une crédibilité. Lors d’une reconversion professionnelle, elle vous permet également de booster votre CV. De la même manière, vous valorisez votre profil grâce à cette nouvelle certification si vous recherchez un autre emploi.

Si vous êtes intéressé par une formation avec un niveau requis, la VAE peut équivaloir au diplôme exigé pour l’inscription. Dans la même logique, si vous voulez vous inscrire à un concours, cette certification peut également vous permettre d’y accéder. La VAE équivaut à une formation vous permettant d’obtenir un certificat inscrit au RNCP.

Quelles sont les conditions pour faire une VAE ?

La VAE est accessible à tous, sous conditions. D’abord, vous devez exercer ou avoir occupé des fonctions en rapport avec le diplôme que vous souhaitez obtenir. Peu importe le type de contrat que vous avez signé : CDI, CDD, bénévolat, intérim, volontariat, etc., vous êtes éligible.

Vous pouvez aussi obtenir une VAE si vous avez une expérience en tant que délégué syndical. Il en est de même si vous avez exercé une fonction élective locale. Une expérience minimale de 12 mois est requise pour prétendre à la validation des acquis. Si vous avez suivi des formations au cours de vos années d’exercice, ces périodes sont également comptabilisées. On peut citer entre autres la PFMP, la PMSMP et la POE. La période de CUI est également prise en compte dans la recevabilité de votre dossier. Toutefois, vous devez justifier le rapport entre l’expérience mentionnée et le titre visé.

Quels sont la durée et le coût d’une VAE ?

Véritable parcours, la VAE s’effectue généralement sur une période de 9 mois à 12 mois. Ensuite, vous faites une demande de congé. Vous disposez d’un total de 24 heures que vous pouvez utiliser de façon consécutive ou alternée. Il convient de savoir que le congé pris pour cette procédure est rémunéré.

Vous pouvez avoir besoin de plus de temps pour préparer votre entretien devant le jury ou l’accompagnement. Mobilisez alors d’autres outils comme votre CPF (compte personnel de formation) ou vos congés annuels. Salarié, vous bénéficiez également d’une éventuelle augmentation du temps selon l’accord collectif. Les frais inhérents à l’obtention de la validation des acquis sont généralement à la charge de votre employeur. L’OPCO (Opérateur de compétences) ou autre organisme peut également couvrir les dépenses.

Vous pouvez aussi vous renseigner auprès de votre entreprise. Celle-ci peut effectivement avoir inscrit la VAE dans son plan de formation. Si vous êtes demandeur d’emploi, le financement est du ressort de Pôle Emploi ou du Conseil régional.

L’accompagnement à la validation des acquis coûte entre 500 et 2 000 euros avec une moyenne de 1 500 euros. Cette étape est vivement recommandée pour réussir toutes les formalités et optimiser la validité du dossier déposé. Il permet aussi de vous préparer à l’entretien devant le jury. Un passage décisif pour l’obtention de la certification souhaitée.

Comment faire une demande de VAE à son employeur ?

Votre parcours à la VAE vous réclamera du temps et implique ainsi une absence à votre poste. Vous devez ainsi en informer votre employeur et déposer une demande d’autorisation. Celle-ci devra être envoyée dans un délai de 2 mois avant le début de la procédure.

Dans votre demande, vous détaillez votre projet comme le titre que vous souhaitez obtenir et l’organisme que vous sollicitez. Précisez également les dates et la durée auxquelles vous devez vous absenter. Votre employeur est tenu de vous répondre dans un délai de 1 mois. Celle-ci peut être positive, vous permettant ainsi d’entamer les démarches nécessaires. Dans un deuxième cas, votre employeur peut reporter votre absence. Si vous êtes salarié, votre demande ne peut être différée plus de 6 mois.

Où s’adresser pour faire une VAE ?

La VAE est délivrée selon l’organisme auquel est rattaché le secteur d’activité. Le certificat obtenu par cette voie est valable autant que les diplômes délivrés dans les formations. Les services chargés de délivrer la validation des acquis diffèrent selon le diplôme visé.

Pour le titre d’ingénieur, un CAP ou un Bac pro, le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation sera votre interlocuteur. Il en va de même si vous visez un bac techno, un master, une licence pro ou un BTS.

Vous êtes dans le secteur agricole et prétendez à des diplômes ou des titres qui s’y rapportent ? Consultez le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, certificateur des diplômes agricoles : CAP, BP, Bac pro, BTS, licence pro.

Dans le domaine sportif, le certificateur est le ministère des Sports. Vous devez vous adresser à ce service pour obtenir un BP JEPS par exemple. Le ministère de la Culture est votre interlocuteur pour obtenir une VAE en tant que professeur de musique par exemple.