En France, si vous n’avez pas d’activité professionnelle, vous ne cotisez pas et donc logiquement vous n’aurez pas de retraite puisque vos trimestres ne sont pas validés. Néanmoins, il est possible de toucher une retraite même pour les personnes qui  n’ont pas travaillé. Retrouvez plus de détails ci-dessous.

Dans le but d’espérer toucher une retraite, tout individu est obligé de travailler. Les cotisations sociales sont en effet payées à partir du salaire de l’employé. Ces cotisations sont prises en charge aussi bien par l’employeur que le salarié. En ce qui concerne les professionnels qui travaillent en tant que freelance (ou indépendant), ils prennent en charge la totalité de leurs cotisations. C’est grâce à ces cotisations qu’un salarié valide ses trimestres et peut engranger des points dans le cadre de retraite complémentaire.

Vu sous cet angle, il paraît impossible de bénéficier d’une retraite. Et pourtant, il existe certaines exceptions :

Le service militaire

Eh oui, au cas où vous ne le sauriez pas, le service militaire confère bel et bien des droits pour la retraite. En effet, 90 j de service vous permet de valider 1 trimestre de retraite. Et cela, même si vous n’avez pas cotisé auparavant à un régime de retraite. Le maximum est de 4 trimestres par an. Mais il faut savoir qu’il n’y a que les régimes de base qui autorisent cela. Les régimes de retraite complémentaires ne sont pas concernés.  

Les parents aux foyers

Si vous êtes mère au foyer, sachez que vous pouvez bénéficier de l’AVPF (Assurance Vieillesse des Parents aux Foyers). Pour cela, vous devez néanmoins remplir quelques conditions. :

  • Premièrement, vous devez toucher des prestations familiales comme l’allocation journalière de présence parentale, la Paje ou encore le complément familial.
  • Deuxièmement, vous ne devez pas aller au-delà de certains plafonds en ce qui concerne les ressources liées aux prestations mentionnées ci-dessus.
  • Troisièmement, avoir un enfant (ou 2) âgé de moins de 3 ans.

A noter que l’affiliation à ce régime est gérée par la Caisse d’Allocation Familiale (CAF).

Les aidants familiaux

Si un individu se voit dans l’obligation d’arrêter d’exercer une activité professionnelle afin de s’occuper d’un proche handicapé (avec 80% d’incapacité permanente) ou malade, ce dernier peut-être affilié à l’AVPF ou Assurance Vieillesse des Parents aux Foyers. Et ce, de manière complètement gratuite. Il faut savoir que ce dispositif est ouvert non seulement aux parents, mais également au conjoint (ou Partenaire de Pacs), aux collatéraux, aux descendants ainsi qu’aux ascendants.

Attention : afin de bénéficier de l’AVPF, vos ressources doivent être limitées.  

À souligner que vous n’avez pas à faire des démarches dans la mesure où la gestion de l’affiliation est assurée par la CAF.

Le chômage

Vous êtes inscrit à Pôle Emploi, mais vous n’avez jamais eu l’opportunité de travailler ? Les périodes de chômage sont perçues comme des trimestres d’assurance retraite. À cet effet, vous avez droit à six trimestres de cotisation. Mais il y a quelques conditions à respecter. À noter également que vous ne pourrez pas obtenir de point pour la retraite complémentaire.

L’ASPA  ou l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées

Si vous faites partie de ces personnes qui n’ont jamais travaillé, vous pouvez prétendre à l’ASPA appelée aussi « minimum vieillesse ». Cette allocation est financée directement par le FSV ou Fonds de Solidarité Vieillesse. Pour en jouir, vous devez respecter les conditions suivantes :

  • Etre âgé de plus de 65 ans
  • Résider de manière régulière sur le territoire français (six mois au minimum)
  • Vos ressources ne doivent pas aller au-delà d’une certaine limite. Plus précisément, celles-ci ne doivent pas excéder 1 423,31 € si vous vivez en couple et 916,78 € si vous vivez seul.

Pour info, en ce qui concerne les veuves de guerre, ce plafonnement de ressources est fixé à 1 772,13 €/mois.

Et que se passe-t-il si on a très peu travaillé ?

Si vous avez obtenu au minimum un seul trimestre en travaillant un peu, cela est quand même pris en compte pour votre retraite. Ainsi, vous pourrez bénéficier d’une retraite lorsque viendra le grand jour. Il faut savoir qu’en France, l’âge légal de départ à la retraite est fixé à 62 ans. Mais vous ne devez pas vous faire d’illusion. Si vous avez peu cotisé, alors logiquement le montant de votre retraite sera minime. En effet, celui-ci est soumis à une décote. Le taux de décote équivaut au nombre de trimestres qui manquent auquel on multiplie par le coefficient de minoration.