Le bilan de compétences constitue le meilleur moyen pour faire le point sur vos habiletés et mieux connaître vos faiblesses. De manière générale, il est réalisé lors d’une reconversion professionnelle ou lors d’un développement de carrière. Cependant, le coût bilan de compétences peut être relativement élevé. Toutefois, il existe de nombreux dispositifs pour couvrir une partie voire la totalité des frais.

Les tarifs d’un bilan de compétences sont variables

S’il s’agit d’un processus encadré par la loi, le prix bilan de compétences, lui, n’est pas légiféré. De ce fait, les organismes qui proposent ces prestations sont libres de fixer leur tarif. Ce dernier se situe généralement entre 1 000 et 3 000 euros, avec un prix moyen de 2000 euros.

Quels éléments définissent la tarification d’un bilan de compétences ?

Les organismes de formation tiennent compte de nombreux paramètres pour définir le prix du bilan de compétences :

  • La notoriété de l’organisme : une institution connue et présente sur tout le territoire national proposera un tarif bien plus élevé qu’un particulier. Le lieu d’implantation (grande ville, périphérie, etc.) peut aussi impacter le coût du bilan ;
  • La situation du marché : le tarif dépend de l’offre et de la demande ;
  • Le financeur : le prix peut varier selon la source de financement. Si votre employeur le prend en charge, le bilan de compétences lui reviendra plus cher. En revanche, vous aurez un tarif préférentiel si vous le financez seul ;
  • Les conditions de réalisation : si l’entrevue avec le professionnel se fait en présentiel plutôt qu’à distance, le tarif sera légèrement plus élevé ;
  • Les services additionnels : les conseillers particuliers et organismes spécialisés peuvent proposer d’autres services. Par exemple, ils pourront vous aider à optimiser votre CV ou encore à rechercher un nouveau travail. Ces prestations généreront donc un coût supplémentaire.

Toutefois, il faut éviter de toujours associer service cher et qualité. De même, un tarif trop bas peut cacher un manque d’expérience ou révéler une certaine incompétence. Tenez toujours compte des facteurs susmentionnés pour choisir le bilan de compétences qui vous conviendra.

Quel organisme choisir pour réaliser un bilan de compétences ?

Que vous choisissiez un organisme privé, public ou associatif, il est recommandé de tenir compte des paramètres suivants :

  • Le profil du conseiller : il est important de faire confiance au professionnel qui va réaliser votre bilan de compétences. Aussi, assurez-vous qu’il corresponde à vos besoins : consultant, psychologue, etc. ;
  • Le côté pratique : comparez les différentes structures et offres disponibles dans votre région. Assurez-vous aussi que le planning est adapté à vos disponibilités ;
  • Le déroulement du bilan : n’hésitez pas à poser les questions afférentes au processus. Vous pouvez demander si ce seront des sessions individuelles ou avec d’autres personnes. Vous pouvez également interroger votre conseiller sur sa méthode ;
  • La synthèse du bilan : Il est important de se renseigner sur les modalités de fin de bilan. N’hésitez pas à demander notamment si un suivi de votre parcours est prévu dans la formule.

Les bilan de compétences en ligne sont également de plus en plus courant. Ils se font à distance avec le coach professionnel et ils ont l’avantage d’être plus flexibles.

Enfin demander l’avis de vos proches et connaissances qui ont déjà réalisé un bilan de compétences. Basez-vous sur leurs expériences et leurs ressentis pour choisir le bon organisme.

Les dispositifs de financement

S’il est important de choisir un organisme qui répond à tous vos critères, la question du financement se pose. En effet, il s’agit d’un coût relativement important et qui n’est malheureusement pas à la portée de tous. Toutefois, il existe des solutions pour faire financer la réalisation de votre bilan.

Les différentes possibilités pour financer un bilan de compétences

Il existe de nombreuses solutions pour financer un bilan de compétences :

  • Le compte personnel de formation : il s’agit d’un dispositif qui permet aux travailleurs de suivre des formations qualifiantes. Depuis 2020, chaque compte est alimenté à hauteur de 500 à 800 euros par an, selon le niveau d’études du bénéficiaire ;
  • Le plan de développement des compétences : Si le bilan de compétences fait partie du PDC de votre entreprise, votre employeur doit prendre les frais en charge. En engageant ce dispositif, le salarié continue d’être rémunéré pendant son absence ;
  • Le financement par Pôle emploi : les demandeurs d’emploi peuvent également réaliser un bilan de compétences via l’aide individuelle à la formation ou AIF. Les frais seront directement payés à l’organisme prestataire ou au coach particulier par Pôle Emploi ;

Si vous ne pouvez pas bénéficier de ces financements et que votre CPF est insuffisant, pensez à l’abonder. En effet, il vous est possible de mettre de l’argent dans votre compte CPF pour atteindre le montant demandé. Ainsi, vous n’aurez pas à financer seul la totalité de votre bilan.

Les conditions de financement selon votre profil

  • Vous êtes travailleur en CDI : si vous avez un contrat en CDI, le bilan de compétences prix peut être financé par votre entreprise. Renseignez-vous sur le PDC de cette dernière et parlez-en à votre employeur. Si le bilan est pris en charge par le PDC, il suffira que votre supérieur accepte votre demande. Vous disposerez alors de 10 jours pour accepter ou refuser son offre.

Vous pouvez également mobiliser votre CPF. Dans ce cas, faites une demande de congé auprès de votre employeur. Si les entrevues avec votre coach se déroulent sur votre temps libre, vous pouvez ne pas en informer votre supérieur.

  • Vous êtes travailleur en CDD : si vous disposez d’un contrat en CDD, vous pouvez utiliser vos droits acquis par le CPF tout comme un salarié en CDI.
  • Vous êtes demandeur d’emploi : le bilan de compétences peut être pris en charge par Pôle Emploi. Si votre conseiller donne son aval, vous pouvez souscrire au PPRE ou projet personnalisé de retour à l’emploi et profiter de l’aide financière.

Dans le cas d’une réponse défavorable de la part de Pôle Emploi, vous pouvez tout de même utiliser votre CPF.