Travailler dans le vin

Le secteur viticole regroupe plusieurs acteurs directs ou indirects, notamment dans les vignes, les magasins, les restaurants ou le tourisme. Offrant plusieurs métiers,  il s’agit d’un secteur qui recrute.

Travailler dans le vin

Pourquoi travailler dans le vin

Les métiers du vin se sont ouverts à d’autres secteurs ces dernières années. La production a toujours été un secteur d’embauche assez conséquent. Les domaines de la vente et du management se sont largement vus à la hausse. Bien que les métiers du vin soient historiquement masculins, ils se féminisent de plus en plus.

Les vins offrent de nombreuses structures variées, du domaine à la cave coopérative en passant par la maison de négoce. Il en est de même des entreprises de production de produit œnologique, les laboratoires, les tonneliers et les restaurants. Si vous avez opté pour un métier qui touche à la vigne, vous allez travailler dans un cadre sain tout en bénéficiant du grand air.

D’un autre côté, si vous avez choisi l’œnologie, vous êtes amené à travailler auprès des consommateurs afin de leur prodiguer des conseils. Ainsi, si vous aimez les relations humaines et le management, le métier de caviste ou de sommelier est fait pour vous. Travailler dans le vin vous procure un temps de travail pas trop contraignant. 

En effet, les horaires, pouvant être fixes ou variables, vous offrent une flexibilité dans votre temps de travail. Suivant votre statut, vous aurez un salaire intéressant et bénéficiez de primes. De plus, vous aurez également droit à des jours de congés ou des jours de récupération.

Se reconvertir dans le vin

Recherche de sens au travail, d’enracinement, appel d’un retour à la terre, etc. les raisons menant au vin sont multiples. Toutefois, on ne choisit pas de se reconvertir juste sur un coup de tête. Même si le monde du vin fait rêver les amateurs, le travail au quotidien dans un domaine viticole à taille humaine est moins glamour. En effet, le quotidien du vigneron et des gens du vin est plutôt agricole et souvent physique.

Le travail demande donc de la disponibilité et de la passion, mais également un certain flegme face au caprice de la météo. Toutefois, bien qu’il y existe des mauvais côtés, les bons côtés sont tout autant nombreux. Notamment la passion de la vigne, de l’assemblage, du partage, des rencontres avec les gens du vin, etc.

Avant de vous lancer, il est donc indispensable de passer par la case formation et stage. Ceux-ci sont idéaux pour acquérir les rudiments de la viticulture et de se confronter à la réalité du métier. De plus, la formation dépend de ce que vous voulez faire : reprendre un domaine, créer votre propre domaine, etc. Suivant votre niveau, vous devez passer par un CAP vigne et vin, bac pro conduit et gestion d’exploitation agricole ou un BTS viticulture-œnologie.

Les différents types de métiers

Le vin regroupe une longue liste de métier, notamment les métiers de la production de la vigne à la cave. Il s’agit de métiers techniques qui sont impliqués directement dans l’élaboration du vin. Ceux-ci couvrent les activités agricoles de la culture du raisin aux travaux de vinification dans le chai. Il peut s’agir de l’ouvrier viticole, l’ouvrier tractoriste, le chef de culture, le caviste et l’œnologue.

Le vin regroupe aussi des métiers du commerce, notamment le négociant, le courtier, les commerciaux et les acheteurs. Le négociant, se trouvant entre le vigneron et le distributeur, sélectionne et assemble les vins des différents producteurs afin de les revendre aux distributeurs. Le courtier, intermédiaire entre les producteurs et les négociants, facilite les relations entre chacun de ces acteurs. Les commerciaux effectuent une prospection puis assurent les liens avec les clients. Les acheteurs, quant à eux, sélectionnent les produits pour négocier ensuite le prix.

Le vin regroupe également des métiers autour de l’expertise du sommelier à l’artisanat du tonnelier. Plusieurs métiers, gravitant autour de la production et de la vente, sont nécessaires à l’élaboration du vin ou à sa valorisation. C’est le cas notamment du tonnelier, le sommelier, des logisticiens, du personnel administratif, des équipes de marketing ou encore des services financiers.

Les qualités nécessaires

Travailler dans les métiers du vin nécessite d’avoir des capacités gustatives et olfactives. Pour ce faire, vous devez entraîner vos papilles à reconnaître les différents goûts et aussi votre nez à humer les divers fumets. Vous devez également avoir une grande capacité physique, particulièrement si vous êtes vendangeurs, ouvriers cavistes, viticulteurs, tonneliers, etc. 

En outre, vous devez également avoir une bonne capacité mentale. En effet, chaque métier dans ce secteur nécessite une station debout prolongée, un travail physique épuisant, une concentration permanente, etc. Il est donc conseillé d’aimer le métier, mais également d’avoir une bonne capacité de concentration. Les métiers du vin requièrent une bonne dose de patience, de contrôle de soi, de réactivité et d’objectivité. 

Quelle formation pour travailler dans le vin

Chaque métier dans le vin nécessite une certaine formation. C’est le cas notamment des formations universitaires, particulièrement des licences professionnelles, qui sont reconnues pour leur adaptation au marché. Il peut s’agir du Licence professionnelle Viticulture-œnologie en innovation et mondialisation, la licence professionnelle commerce spécialité commerce de vin et œnotourisme, la licence professionnelle vins et commerce en apprentissage, licence professionnelle œnotourisme et projet culturel, etc. 

Des formations courtes sont aussi disponibles et sont accessibles à partir de la troisième ou à niveau bac. Par exemple le CAPA (Certificat d’Aptitude Professionnelle Agricole)vigne et vin, BPA travaux de la vigne et du vin, brevet professionnel de sommellerie ou CAP tonnelier. 

D’autres diplômes peuvent se préparer après un CAPA, il s’agit du bac pro conduite et gestion de l’exploitation agricole option vigne et vin. À la fin de cette formation, vous pouvez intégrer directement une exploitation ou poursuivre votre étude avec un BP, un certificat de spécialisation ou un BTSA. Le BP (brevet professionnel) vigne et vin est parfaits pour apprendre la gestion d’un domaine viticole. Il se prépare dans la foulée d’un CAPA ou d’un BAC pro. Le BTSA viticulture œnologie permet d’accéder à des postes à responsabilité. 

Les salaires envisageables

En moyenne, un œnologue perçoit un salaire de 3 000 € brut par mois. Un vigneron touche un salaire variant en fonction de la taille de l’exploitation et du type de vin qu’il produit. Ainsi, il peut toucher en moyenne 27 000 € par an de salaire brut. La rémunération moyenne d’un caviste est de 30 700 € brut annuels. Un vendangeur peut toucher entre le SMIC et 2 000 € par mois selon son expérience.

Envie de changer de métier ?

Reprenez en main votre projet professionnel avec un bilan de compétences 100% en ligne