Travailler dans le social

Aider, informer ou encore soigner seront votre quotidien professionnel si vous avez choisi de travailler dans le social. En milieu hospitalier, en pédiatrie, en crèche ou à l’école, nombreux sont les besoins et les structures pour décrocher un emploi dans le social.

Travailler dans le social

Pourquoi travailler dans le social ?

Le travail social contribue à la cohésion sociale. Les perspectives d’emploi sont bonnes et plusieurs postes sont à pourvoir pour les professions de l’action sociale. Les métiers qui sont particulièrement recherchés sont les assistants maternels, l’aide à domicile et les éducateurs spécialisés.

Travailler dans le social implique de porter secours aux accidentés de la vie, soutenir les personnes qui vit avec un trouble de santé mentale. Il peut également être amené à aider les ainés, accompagner les processus d’adoption, etc. Souvent dans l’ombre, les professionnels du travail social brillent pour leur engagement auprès des autres.

Les métiers du social sont des professions de passion et ont profondément évolué en quelques années. Notamment dans leur organisation et dans leur champ d’action afin de s’adapter aux problématiques liées à la persistance du chômage ou l’allongement de la durée de vie. L’insertion professionnelle des nouveaux diplômés du secteur social est plus rapide et plus stable.

Les différents types de métiers

Le social est un secteur qui compte plus d’une vingtaine de professions. Celui-ci est surtout réparti dans cinq grands domaines : aide sociale, éducation spécialisée, animation, travail à domicile et médiation.

L’aide sociale renferme l’assistant de service social, le conseiller en économie sociale et familiale, le technicien de l’intervention sociale et familiale, etc. L’éducation spécialisée regroupe les éducateurs spécialisés, les éducateurs de jeunes enfants, les moniteurs-éducateurs, etc. L’animation, quant à elle, comprend les animateurs, les directeurs de centre de loisirs, etc. Le travail à domicile englobe les accompagnants éducatifs et sociaux, auxiliaire de vie, etc.

Noter que même si chaque domaine intervient dans sa propre sphère de compétences, les professions peuvent être amenées à multiplier les interactions. De ce fait, des passerelles entre les métiers existent. D’ailleurs, les travailleurs sociaux sont nombreux à évoluer vers des fonctions d’encadrement dans le métier d’ingénierie ou d’intervention sociales.

Les qualités nécessaires

Quel que soit le métier que vous voulez faire dans le social, il vous faudra faire preuve d’équilibre et de maturité. Vous devriez aussi vous montrer débrouillard et avoir beaucoup d’énergie. Vous devriez également aimer travailler avec les gens et vouloir les aider à régler leurs problèmes. Le travail social implique aussi de faire preuve d’ouverture face aux autres et notamment manifester de la tolérance envers leurs valeurs et leurs croyances.

Nombreuses sont les exigences exigées par le travail social, notamment une ouverture au monde. Il est indispensable d’avoir des qualités humaines, de l’empathie, de la bienveillance et le sens de l’écoute. Il en est de même des compétences relationnelles, la capacité à travailler en équipe, etc.

Il est également indispensable que vous sachiez gérer vos émotions pour être capable de gérer les personnes en situation de fragilité. Il en est de même du stress face à des situations humaines difficiles ou complexes. Développer la maîtrise de soi est donc un indispensable pour travailler dans le social, quel que soit le domaine que vous avez choisi.

Des compétences plus spécifiques peuvent s’ajouter en fonction de la formation choisie. Par exemple, si vous avez opté pour l’assistance sociale, l’éducation spécialisée, le service à la personne, etc. les qualités humaines sont tout autant importantes. Toutefois, vous aurez également besoin de faire preuve d’ouverture sur les langues et les cultures étrangères. Vous devez aussi être doté d’un sens critique et avoir un bon niveau de culture générale.

Quelle formation pour travailler dans le social

Le travail social offre des formations délimitées et dans la majorité des cas un diplôme correspond à un métier précis. Les formations préparant aux diplômes du travail social peuvent se faire en alternance ou par voie scolaire. Certains domaines vous obligent à passer dans une école spécialisée alors que pour d’autres, l’université s’impose. La durée de formation dure entre 1 à 5 ans dans des établissements publics ou privés accessibles à partir du bac ou niveau bac. L’intégration dans ces écoles se fait en général à l’aide d’un examen d’entrée.

Le DE ou diplôme d’État est nécessaire pour exercer 5 métiers précis. Notamment l’assistant de service social, conseillé en économie sociale et familiale, éducateur de jeunes enfants, éducateurs spécialisés et éducateurs techniques spécialisés. Le DE est décroché en 3 ans et est accompagné de 12 à 15 mois de stage.

Le BUT ou Bachelor universitaire de Technologie qui avait remplacé le DUT est obtenu après 3 ans. Avec ce diplôme, vous pourrez exercer dans la gestion urbaine, l’animation sociale et socioculturelle, l’assistance sociale, l’éducation spécialité et le service à la personne.

Plusieurs licences professionnelles dans le domaine peuvent accueillir les titulaires du BTS services et prestations des secteurs sanitaires et sociaux ou SP3S. Notamment chef de secteur pour l’aide à domicile, de gestionnaires dans les organisations de protection sociale. Celui-ci est accessible aux titulaires d’un bac général, professionnel, ST2S ou STMG. Il se prépare en 2 ans de formation initiale ou en alternance.

Un cursus universitaire est indispensable si vous voulez devenir directeur d’un centre d’accueil, chargé de mission, médiateur, etc. Vous aurez alors des enseignements théoriques et des stages. Vous décrochez alors le DEUST (diplôme d’études universitaire scientifiques et techniques) en 2 ans. Vous pouvez également suivre une licence AES ou Administration économique et sociale à l’université. Il en est de même des licences professionnels (LP) intervention sociale.

Reconversion professionnelle vers les métiers du social

Les métiers du social sont porteurs de sens, de valeurs et d’engagements. Il s’agit d’un domaine particulièrement attractif permettant de se sentir utile à la société et en accord avec soi-même. C’est pour cela que le social attire de plus en plus de professionnels en voie de reconversion. Que ce soit par lassitude, insatisfaction, perte de sens, volonté de donner un tournant à sa carrière, etc. nombreuses sont les raisons qui poussent à envisager cette reconversion professionnelle.

Toutefois, une reconversion se doit d’être bien préparée et nécessite un profond travail sur soi et un investissement en formation. Incontournable, la formation vous permettra d’entrer dans le moule du métier et de comprendre les caractéristiques du secteur. Notez que le profil des « reconvertis » séduit les recruteurs. Ces derniers estiment que ces professionnels en reconversion apportent quelque chose de positif au secteur. En plus d’avoir une vision différente, ils ont une expérience et des compétences pouvant être de vrai plus.

Aussi, dans votre démarche de reconversion, n’hésitez pas à aller au contact des professionnels qui occupent le poste que vous visez. Vous pouvez également participer à des colloques, vous rapprocher des réseaux, etc. Ces actions sont indispensables pour vous permettre de vérifier la justesse de la représentation que vous vous faites des métiers du social.

Les salaires envisageables

Sachez que le salaire médian pour un travailleur social est de 25 181 euros par an, soit 12, 91 euros par heure. Le salaire des débutants est de 21 120 euros contre 31 015 euros pour les plus expérimentés.

Citons par exemple l’animateur socioculturel. Au début de sa carrière, il démarre avec un salaire de 1 500 euros bruts par mois. Celui-ci peut progresser pour devenir 2 600 euros bruts par mois suivant les conventions collectives et éventuelles primes et indemnités.

Autre exemple, un auxiliaire de vie sociale. Il percevra un salaire qui varie suivant son expérience, mais également du statut de son employeur. Ainsi, s’il est dans un service de la branche de l’aide à domicile, il percevra un salaire de 1 600 euros en début de carrières à 1 800 euros au bout de 10 ans.

 

Envie de changer de métier ?

Reprenez en main votre projet professionnel avec un bilan de compétences 100% en ligne