Travailler dans la nature

Agent de compostage, animateur environnement, arboriculture, bûcheron, chef de culture et d’innombrables postes sont en contact direct avec la nature. Au grand air, les faunes et flores vous entourent et vous donnent l’accès à la réflexion. Le secteur de la nature attire les jeunes adeptes des aventures dans la jungle. Une grande partie de ces métiers exige des efforts physiques. Si vous êtes jeune et vous en avez marre des paperasses ou des quatre murs de votre bureau, il n’est pas si tard de se reconvertir dans ce secteur. Avant de sauter le pas, laissez-vous faire une découverte de tous ceux qui concernent la nature.
Travailler dans la nature

Pourquoi travailler dans la nature ?

Il existe mille et une raisons qui poussent les jeunes à postuler pour des métiers dans la nature. Au début de leurs études, les jeunes ont fait leur choix sur le cursus en rapport avec l’environnement ou l’agriculture. Les travaux pratiques se réalisent dans un cadre concret si bien que la passion du domaine s’enracine au fond de leur esprit. Vu que la pollution est partout, les projets environnementaux se décuplent de temps en temps. Au niveau national ou international, le marché des emplois en pleine nature connait une croissance considérable au début de ce troisième millénaire. Qu’en est-il pour les professionnels dans différents domaines ? Beaucoup de salariés dans les secteurs tertiaires souhaitent se reconvertir dans les métiers dans la nature. Outre l’ambiance de travail ennuyeuse, ils ont envie de relever des défis et soif de liberté.

Les différents types de métiers

Les postes en pleine nature se diversifient en fonction des compétences requises sur une zone d’intervention, terrestre ou marine.

Dans le milieu aquatique, devenir hydrologue, marin-pêcheur, marinier ou batelier, moniteur d’activités nautiques ou océanographe plaisent autant d’étudiants. Pour savoir les caractéristiques des eaux de surface, il faut faire appel à un hydrologue. Les missions d’un océanographe se recentrent sur les études de la mer ainsi que son environnement.

Sur terrain, les domaines de prédilection des nouveaux diplômés comprennent l’arboriculture, le bûcheron, le chef de culture, le conseiller en élevage ou l’horticulture. Les adeptes de plantes, notamment les femmes, s’orientent dans l’arboriculture ou l’horticulture. Toutefois, les hommes se reconvertissent sur les postes dans l’élevage ainsi que l’exploitation forestière.

Les qualités nécessaires pour les emplois

Pour effectuer des activités en contact avec l’environnement, il faut se doter d’un esprit d’équipe. Rares sont les métiers solitaires en pleine nature. Au-delà des certificats et diplômes, une aptitude physique est exigée car il se peut que le salarié grimpe dans les arbres ou fait une longue marche. Si vous êtes un excellent nageur, votre chance d’intégrer les postes marins sera énorme. Alliant talent et passion, les métiers dans la nature stimulent la curiosité chaque fois que vous effectuez des découvertes. Les employés devront s’armer de l’audace, d’une confiance en soi, du dynamisme et sans doute le goût du risque dans certains cas.

Quelle formation pour travailler dans la nature ?

Comme tous les secteurs de travail, les emplois au grand air requièrent plusieurs qualifications. Certains emplois nécessitent quelques années d’études dans les universités et d’autres demandent moins. Pour devenir un hydrologue, il faut décrocher le diplôme de Master en hydrosystèmes ou bassins versants à l’université de Montpellier. Les grandes écoles, polytechnique et ENGEES, délivrent un diplôme d’ingénieur en hydrologie. Pour embrasser la carrière d’un marinier, vous devez avoir un CAP transport fluvial ou bac pro transport fluvial. Pour ceux qui veulent aller plus loin sur la navigation, une formation supérieure leur permet d’obtenir le diplôme de technicien supérieur de transport international et logistique portuaire.

Bac pro en production horticole, BTSA en production végétale,licence professionnelle en organisations agricoles ou alimentaires constituent les diplômes requis dans les métiers agricoles. Pour commencer les activités d’exploitation forestière, le bucheron doit avoir au moins un BPA travaux de sylviculture. Les titulaires du bac pro forêt ou du BTSA gestion forestière débouchent également sur les travaux de bucheronnage.

Les salaires envisageables

La rémunération dans chaque métier dans la nature évolue en fonction des qualifications, sociétés ou des missions. Au début de carrière, les horticulteurs, arboriculteurs, mariniers et bûcherons sont payés au SMIC. La grille salariale d’un chef de culture varie sur une fourchette de 1 800 € / mois à 2 200 € /mois. Le conseiller en élevage reçoit environ 2 300 € / mois. Les débutants dans le milieu aquatique sont mieux payés que les employés de terrain. Les ingénieurs océanographes gagnent un salaire net de  2 100 € /mois. Les hydrologues touchent une rémunération brute de  2 000 € / mois. Quant aux moniteurs des activités nautiques, leur salaire est aux alentours de 1 700 €/mois. La grille de salaires des marins pécheurs se situe entre 2 000 € / mois à 3 000 € / mois.

Les ingénieurs ont une chance de devenir cadres ou directeurs de projet après quelques années de service. Une grande partie de ces postes en pleine nature est évolutive. Ayant acquis des expériences, plusieurs salariés s’orientent vers la création de leur propre entreprise.  

 

Envie de changer de métier ?

Reprenez en main votre projet professionnel avec un bilan de compétences 100% en ligne