Devenir géomètre-topographe

Avec plus de 1 500 recrutements chaque année, le géomètre-topographe fait partie des métiers d’avenir qui ne connaissent pas la crise. Il est principalement adressé aux amateurs de géométrie, de physique, d’informatique et de géométrie. Des fonctions variées sont confiées à ce professionnel et l’incitent à travailler aussi bien sur le terrain qu’au sein d’un bureau.
Vous êtes intéressé par le métier de géomètre-topographe ? Découvrez ici les missions, la rémunération, les qualités et les formations nécessaires pour le devenir.

géomètre-topographe

Présentation du métier de géomètre-topographe

Le géomètre-topographe intervient bien avant tout projet d’aménagement urbain. Il est la première personne sur le chantier afin de relever toutes les données métriques du terrain grâce à un théodolite. Lors de sa fonction, il tient compte à la fois des distances, de l’altitude, des profondeurs, mais également des arbres, des poteaux électriques, des murs… Pour procéder à ses relevés, il utilise désormais un repérage satellite via GPS.

Une fois les données recueillies, le géomètre-topographe retourne au bureau pour les traiter. Il s’en sert pour élaborer des plans et des cartes à toutes les échelles sur son ordinateur de CAO/DAO (Conception et dessin assistés par ordinateur). Ces plans représentent au millimètre près tous les détails présents sur le terrain afin de déterminer les limites juridiques, les contraintes fiscales et le cadastre.

Le métier de géomètre-topographe est alors essentiel dans tout projet, tel que l’aménagement de quartiers, la construction de routes, de ponts, de tunnels ou encore de barrages, de bâtiments. Il intervient également dans le règlement des litiges entre propriétaires, l’estimation des biens immobiliers ou l’évaluation de la valeur de terrains agricoles ou de propriétés.

Les principales missions

Les missions d’un géomètre-topographe consistent à :

  • Prendre les mesures du terrain concerné sous tous les aspects : angles, distances, superficie, reliefs, profondeurs, murs existants, arbres… Pour cela, il utilise différents appareils de précisions, et également du GPS.
  • Mettre en perspective les données relevées via des plans et des cartes sur différentes échelles, en se servant de l’outil informatique.
  • Tenir compte des textes réglementaires en vigueur, du cadastre et des contraintes fiscales dans ses schémas.
  • Présenter ces travaux aux interlocuteurs concernés (ingénieur géomètre, responsable de chantier…) avant le début d’un projet d’implantation d’infrastructure.
  • Participer à des projets de recherches ou des études cartographiques.
  • Jouer le rôle de médiateur en cas de conflits entre propriétaires sur la délimitation du terrain ou d’un bâtiment.
  • Effectuer une estimation financière d’un terrain ou d’un bien immobilier
  • Assister au tracé d’infrastructure, tel que des routes, des ponts, des chemins de fer…

Les qualités et compétences nécessaires

Pour exercer le métier de géomètre-topographe, certaines qualités sont requises :

  • Résistance physique : Le géomètre-topographe travaille la plupart du temps en extérieur, dans des conditions variées et parfois extrêmes (intempéries, lieux difficiles d’accès…). De plus, il peut être amené à se déplacer, à une distance plus ou moins longue. C’est pourquoi il est indispensable de se doter d’une bonne condition physique et de savoir s’adapter.
  • Bon sens de l’observation : Comme le métier consiste à mesurer un terrain de façon précise et de tout ce qui le compose, aucun élément ne doit échapper à l’œil du géomètre-topographe. Une simple erreur de sa part pourrait avoir des conséquences financières lourdes. Il doit disposer d’une grande capacité de concentration pour éviter tout type d’erreur. Une excellente vue lui est également nécessaire, ainsi qu’un sens de l’orientation en 3D, afin d’inclure les reliefs dans son analyse.
  • Rigueur et précision : Les résultats délivrés doivent être très détaillés. De plus, il doit maîtriser le droit immobilier et tout texte relatif à l’aménagement du territoire, à l’urbanisme…, auxquels il est tenu de se référer. Le sens des responsabilités et des compétences organisationnelles est aussi indispensable pour cette fonction.
  • Capacité d’analyse et de synthèse : Les différentes mesures prises sont traitées, transformées en données et en représentation graphique à l’aide d’outil informatique. Le rendu exposé doit être fiable, réaliste et facile à lire par ses interlocuteurs.
  • Sens du contact et travail en équipe : Le géomètre-topographe est amené à interagir avec et pour de nombreux interlocuteurs (élus locaux, architectes, urbanistes, chefs de projets ou encore de particuliers). Il doit donc aimer le contact avec les gens.

Quel parcours pour devenir géomètre-topographe ?

Pour accéder au métier de géomètre-topographe, il existe plusieurs formations à différents niveaux. Tout d’abord, il est possible de suivre un Bac PRO Technicien géomètre-topographe pendant trois ans après la classe de troisième. Après le Bac, vous pouvez poursuivre, pendant deux ans, par un BTS Métiers de Géomètre-topographe et de la modélisation numérique

Si vous souhaitez exercer en tant que « géomètre expert », une formation en ingénierie est fortement conseillée. Vous pouvez préparer votre diplôme d’ingénieur topographe dans l’un des trois établissements de référence :

  • École Supérieure de géomètres et topographes (ESGT)
  • Institut national des sciences appliquées (INSA)
  • École spéciale des travaux pratiques, du bâtiment et de l’industrie (ESTP)

Certains centres AFPA (Association nationale pour la formation professionnelle des adultes) proposent également des formations de géomètres-topographes.

Les salaires

La rémunération d’un géomètre-topographe varie selon son niveau de qualification. Pour un débutant de niveau BTS, le salaire est aux environs de 1 800 € bruts par mois. Celui-ci progressera rapidement avec l’expérience. Quant à un ingénieur géomètre, il peut gagner autour des 2 500 € bruts par mois en tant que débutant et évolue entre 3 000 à 4 000 € bruts par mois avec de l’expérience.

Les débouchés et opportunités d’emploi

Dans le secteur privé, le géomètre-topographe peut exercer dans des cabinets de géomètres, des sociétés de topographie ou dans des bureaux d’études des entreprises du BTP. Dans le secteur public, il travaille au service du cadastre, des collectivités locales, à l’IGN (Institut national géographique) ou aux DDT (Directions départementales des territoires).

Les diplômes et une expérience professionnelle sont requis pour débuter dans le secteur privé. Pour intégrer la fonction publique, il faut passer un concours. Un géomètre-topographe peut facilement passer d’un cabinet vers le secteur public que l’inverse, car les connaissances juridiques sont plus développées en cabinet.

Un technicien géomètre pourra évoluer vers un poste de géomètre expert, pour accéder à plus de responsabilités. Il peut également choisir d’ouvrir son propre cabinet d’étude.

Envie de changer de métier ?

Reprenez en main votre projet professionnel avec un bilan de compétences 100% en ligne