Devenir contrôleur SNCF

Actuellement, de nombreuses personnes se déplacent en train. Pour cette raison, la sécurité devient la principale préoccupation de la SNCF, car le taux d’insécurité dans les transports communs augmente de jour en jour. En France, 12000 contrôleurs accompagnent les clients tant au niveau national qu’international. Ce chiffre ne recouvre pas la totalité des gares, ce qui implique une embauche à la hausse des services de ce professionnel. Vous êtes à la recherche d’emploi ? Et vous souhaitez vous lancer dans le domaine technique ? Devenez contrôleur SNCF. Découvrez en détail dans cette fiche toutes les informations essentielles sur ce métier.

contrôleur sncf

Présentation du métier de contrôleur SNCF

Le métier de contrôleur SNCF appartient au secteur transport ferroviaire.Le contrôleur SNCF aussi appelé contrôleur de transport ferroviaire est un commercial à bord des trains.Il fait partie de l’un des principaux interlocuteurs privilégiés des voyageurs. Autrement dit, il est le garant du confort, du bien-être et de la sécurité des touristes durant le voyage. En tant que représentant assermenté et agréé de la SNCF (société nationale des chemins de fer), il a pour attribution de fidéliser et de satisfaire leurs clients. Il peut donc travailler seul ou collaborer avec le conducteur de train.

Pour être repérée facilement par les passagers, l’équipe de contrôleur SNCF porte une tenue vestimentaire identique sauf l’accessoire pour les différents genres telle que l’uniforme bleu marine, le liseré rouge, la toque pour les femmes et la casquette pour les hommes.

Les principales missions

Les missions attribuées au contrôleur SNCF sont nombreuses et variées :

  • Réceptionner les voyageurs et les informer sur toutes les questions relatives aux destinations, aux horaires, aux éventuelles baisses ou montées de trafic.
  • Veiller au strict respect des règlements intérieurs et communiquer les mesures à appliquer en cas de problème de sécurité.
  • Vérifier si le paiement des frais de voyage est réglé.
  • Contrôler la régularité des titres de transport des passagers à bord du train.
  • Concevoir une politique de lutte contre la fraude.
  • Sanctionner ceux qui désobéissent les règles en les pénalisant par le biais des amendes ou en rédigeant des procès-verbaux d’infraction.
  • Fermer les portes du TGV ou du train une fois le départ donné.
  • Gérer la descente des voyageurs en cas de panne ou d’éventuelles anomalies.
  • Rassurer les passagers tout au long du trajet.
  • Présenter les services et les produits offerts par la SNCF.
  • Installer les dispositifs de sûreté pour favoriser un voyage en toute tranquillité et dans les meilleures conditions.
  • Assurer qu’aucun objet ne bloque la circulation dans le train.
  • Procéder à la vérification de la bonne marche des équipements : extincteurs, alarmes, fauteuils d’évacuation, bouées et gilets de sauvetage, etc.

Les qualités et compétences nécessaires

En contact permanent avec le public, le contrôleur de transport ferroviaire est doté d’une aisance relationnelle et d’un sens de l’écoute pour procurer des services de qualité. Une parfaite maîtrise d’autres langues étrangères, notamment l’anglais est requise pour communiquer avec les voyageurs.

Face à des situations imprévues et gênantes telles que la falsification de titre de transport, l’agression, l’accident, le malaise d’un passager… Il est indispensable de résister au stress et à la pression, de posséder un extrême sang-froid et une bonne maîtrise de soi, mais aussi savoir prendre des initiatives et se montrer réactif en toutes circonstances. Ces aptitudes personnelles et professionnelles permettent de trouver rapidement des solutions fiables et efficaces. L’esprit d’analyse et de synthèse ainsi que la faculté de discernement sont des atouts majeurs.

Le métier de contrôleur SNCF exige une excellente résistance physique pour effectuer de nombreux déplacements. De même, faire preuve de mobilité et de disponibilité, car les horaires de travail peuvent se dérouler en matinée comme en soirée, les week-ends et les jours fériés.

Avec autant de diplomatie que de rigueur, le commercial à bord des trains est capable de faire respecter les règles de sécurité.

Quel parcours pour devenir contrôleur SNCF ?

Le métier de contrôleur SNCF ne nécessite pas une formation particulière. Mais d’après la règle générale, il est indispensable de détenir l’un des diplômes suivants pour être recruté rapidement et se démarquer des autres candidats :

  • Bac général
  • Bac professionnel orienté vers le transport
  • Bac professionnel orienté vers le métier des services d’accueil
  • CAP agent d’accueil, en matière de transport de passagers et de conduite routière
  • BTS dans la vente ou le commerce

Aussi, remplir les conditions suivantes :

  • Avoir 20 ans minimum
  • Justifier une solide compétence en ce qui concerne la vente et la gestion de relation client
  • Justifier au moins 3 ans d’expérience professionnelle dans le secteur de services

Après la validation de candidature, vous devez suivre un stage rémunéré d’une durée de 4 mois auprès de la SNCF. Il alterne théorie et pratique pour s’adapter progressivement à la profession. Une autre possibilité est de s’inscrire directement dans une école des métiers SNCF à la suite du Bac.

Les salaires

En début de carrière, la rémunération mensuelle d’un contrôleur SNCF est située entre 1500 € et 1800 €. Après plusieurs années de pratique, il peut gagner jusqu’à 2000 € par mois. Toutefois, la détermination du niveau de rétribution dépend fortement de nombreux critères, à savoir la ligne empruntée, la plage horaire dans la journée, la compagnie pour laquelle il travaille, les jours de repos hors résidence, etc.À la fin du mois, viennent s’ajouter les différentes indemnités et primes.

Les débouchés et opportunités d’emploi

Le métier de contrôleur SNCF s’effectue le plus souvent à bord des trains ou sur les quais. Le contrôleur de transport ferroviaire peut également exercer pour le compte d’une compagnie municipale ou privée de transport de train urbain. Néanmoins, c’est un travail qui offre très peu de débouchés et d’évolutions professionnelles. De cette manière, une reconversion en interne en tant que machiniste ou conducteur de train et une promotion hiérarchique pour devenir superviseur d’équipe de contrôleurs SNCF sont les seules options envisageables. En outre, il est possible de viser un poste de gestion à condition de suivre un programme complet de leadership.

Envie de changer de métier ?

Reprenez en main votre projet professionnel avec un bilan de compétences 100% en ligne