Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

« Vous êtes mes collaborateurs, celui qui décide, c’est moi » O commentaire

mainkiecrit1Chronique de Marielle Dumortier, médecin du travail, auteure de Mon médecin du travail.



Brigitte a 45 ans. Elle travaille depuis plus de dix ans dans un hypermarché. Elle a commencé comme caissière et elle a été très fière lorsque, il y a trois ans, Pierre, son directeur, lui a proposé de devenir caissière principale.

Promue caissière principale

C’était l’aboutissement de beaucoup d’efforts : Brigitte ne pose jamais d’arrêts même quand les enfants sont malades, elle est toujours à l’heure, n’hésitant jamais à faire des heures, parfois sans être payée, remplaçant au pied levé sur un simple coup de fil de Pierre les collègues absentes pendant ses jours de repos, travaillant sans rechigner les jours fériés…. Promue, Brigitte a continué à s’acquitter de sa tâche avec plaisir et entrain. Jusqu’à ce jour de juin où Pierre est parti. Il a été remplacé par Michel.

Le patron change

Michel s’est de suite présenté à l’ensemble du personnel, une cinquantaine de salariés, comme le Patron : « les initiatives personnelles, j’aime pas, tout doit passer par moi, vous êtes mes collaborateurs, celui qui décide c’est moi et moi seul…. Vous, vous exécutez…. Moi je sais… »
Très vite, l’ambiance bon enfant du magasin a changé et l’absentéisme augmenté.

C’est la caissière principale qui trinque

Je vois Brigitte en visite systématique en février. L’année dernière, elle arrive les traits tirés, l’air grave, elle semble triste et a beaucoup grossi. Dès que je lui demande comment elle va, elle s’écroule en pleurant, me dit que, depuis plus de six mois que Michel est là, c’est un enfer. Elle n’a plus aucune responsabilité, ne gère plus rien. C’est Michel qui veut tout régenter mais il n’y connaît rien, il se trompe dans les plannings, il a changé les horaires, les jours de congé des caissières qui râlent et s’en prennent à Brigitte. Brigitte a beau expliquer qu’elle n’y est pour rien, c’est elle que ses anciennes collègues prennent en grippe…

Brigitte ne va pas bien du tout, elle refuse que je la mette en inaptitude temporaire, refuse que je fasse un courrier à son médecin traitant, elle m’assure qu’elle va néanmoins aller consulter.

Démission

En décembre, je vois Amélie âgée de 23 ans. Elle était caissière depuis trois ans dans le même magasin. Depuis septembre, elle remplace Brigitte, qui a donné sa démission. Cette jeune fille me dit qu’elle n’en peut plus, qu’elle est épuisée, elle a accepté cette promotion mais qu’elle regrette. « J’ai beaucoup plus de boulot, Michel est impossible, il n’est jamais content, il me crie dessus, il m’insulte, me traite d’incapable, de bonne à rien. En plus, il m’a roulée, il m’avait promis une augmentation, je n’ai rien eu. Au contraire quand je fais des heures supplémentaires, je ne suis pas payée. Je comprends Brigitte maintenant, il lui en a fait baver, maintenant c’est moi. Mais je suis obligé de tenir, je ne peux pas partir, je ne peux pas m’arrêter, je vis seule avec mon fils, et puis il y a pas de boulot, je ne sais rien faire d’autre, et ailleurs c’est pareil ailleurs… »
J’adresse Amélie à son médecin traitant pour un traitement, et la revois régulièrement. Amélie a perdu sa joie de vivre, mais tient le coup pour son enfant.

Et une souffrance qui se généralise dans le magasin
Devant plusieurs cas de souffrance dans ce magasin, je décide de prendre rendez-vous avec Michel. Il me dira que tout le monde va très bien, que j’oublie que beaucoup de gens ont des soucis personnels. Il me donne de nombreux exemples : des soucis de divorce, d’enfants difficiles, d’argent … Lorsque j’essaierai de parler de mauvaises conditions de travail, je ne trouverai que du déni.

Ce matin, j’ai mis Joséphine, 52 ans, comptable dans cet hypermarché depuis plus de vingt ans en inaptitude définitive pour une grave dépression due aux méthodes de management inhumaines de Michel.

Quel sera le prochain salarié qui tombera malade ?

Be Sociable, Share!

Publié dans : Au magasin | Néo-management | Stress, santé | Témoignages

le 17/04/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.