Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Une agence de « com’ juste » condamnée pour licenciement discriminatoire 2 commentaires

Ligaris L’agence, filiale du groupe présidé par Pierre Siquier, président de la Fondation Nicolas Hulot (devenue Fondation pour la Nature et l’Homme), vient d’être condamnée par le Conseil de Prud’hommes de Paris le 11 juillet 2011 pour « licenciement discriminatoire et nul ».

Une salariée cadre, âgée de 40 ans, 8 ans d’ancienneté et mère de deux enfants, atteinte d’une grave maladie génétique, a obtenu l’annulation de son licenciement prononcé par Ligaris L’agence, pour inaptitude médicale, malgré un avis d’aptitude à un mi-temps thérapeutique émis par le médecin du travail, en raison de la discrimination liée à son état de santé, raconte son avocat, Renaud Rialland.

Ligaris se présente comme l’agence qui imagine « sans cesse une communication juste pour accompagner les hommes face aux changements du monde »

Ecoutez le reportage sur France Inter

Be Sociable, Share!

Publié dans : Entreprises

le 19/08/2011, par Elsa Fayner

2 commentaires

  • Lachkar dit :

    Malheureusement la discrimination est une réalité dans nos entreprises.
    L’agence a tout simplement oublié que la communication n’est pas simplement une affaire de marketing, de vente et de phrases choc mais surtout d’écoute, de compréhension, de souffrance, de projets … bref une affaire d’Homme.

  • Laurent dit :

    Ligaris se présente comme l’agence qui imagine « sans cesse une communication juste pour accompagner les hommes face aux changements du monde ».
    Le licenciement n’est pas en contradiction avec cette présentation : l’agence n’a pas précisé dans quelle direction elle accompagnait les hommes.

    Ce genre de phrase creuse qui remplit les espaces médiatique ou publicitaire. On a toujours tendance à passer dessus car elles se veulent positives. Les mots de la phrase sont positifs: « juste », « accompagner », « changement », mais le sens est vide.

    Le reportage du journaliste de France Inter n’entre pas dans ce débat du sens. Il parle d' »entreprise citoyenne », prix attribué entre autre par des agences de com’. Dans le dossier d’inscription du prix on trouve :
    « Cette distinction spéciale concerne l’ensemble des catégories. Elle est décernée à la meilleure campagne portant sur la modification d’un comportement en faveur de l’environnement et dans l’intérêt général et collectif, et de manière indicative, autour de l’un des axes initiaux du Grenelle, à savoir :
    * Lutte contre les changements climatiques et maîtrise de la demande d’énergie
    * Préservation de la biodiversité et des ressources naturelles
    * Promotion d’un environnement respectueux de la santé
    * Promotion des modes de production et de consommation durables
    * Construction d’une démocratie écologique
    * Promotion des modes de développement écologiques favorables à l’emploi et à la compétitivité »

    Voilà le sens du mot citoyen selon eux. Que du vide.

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.