Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Travailler même malade? O commentaire

filoche

Le coup de gueule de Gérard Filoche, inspecteur du travail, sur son blog.

Alors, elle ne vient pas cette explosion sociale annoncée ? Ouf, mai 09 est quasi passé. Un de plus sans répétition de mai 68 ! Pourtant écrit, Noblecourt en page 2, éditorial véritable du Monde (26 mai), tout le monde pronostiquait l’explosion sociale, Alain Minc, Le Nvel Obs, Villepin, Besancenot, et alors ?  Il souligne même que le pouvoir a pu arrêter 74 salariés ERDF sur leur lieu de travail… sans que les syndicats ne bougent. Oui, c’est vrai, les directions syndicales sont unies mais  sages », trop sages dans un cas pareil. Noblecourt cite Caterpillar, Continental, Molex, pour mieux conclure à « une forte déprime collective tissée par une kyrielle de colères individuelles ». Voilà, ils orchestrent l’annonce de la montée probable de la révolution et orchestrent aussi la publicité sur la fin probable de la période où elle devait monter : c’est pratique les médias sarkozystes, ça fait les questions et les réponses, la peur et la fin de la peur. Le même tocsin sert aux deux fins.  Ensuite ils se glorifient dans les deux cas.
Comme Viansson-Ponté qui osait écrire en février 68 que « la France s’ennuyait »  et lui, qui ne voyait rien venir de ce qui crevait les yeux, a ainsi été glorifié à l’infini d’avoir pressenti mai 68 ! Parions que Noblecourt pourra se retourner demain, quand ça va exploser, et affirmer que derrière le constat de la « déprime sociale » il avait tout prévu…
Parce que, entre nous, ça couve, ça couve… Ca ne se passe jamais deux fois pareil. L’histoire réelle est toujours plus complexe que l’histoire projetée. Personne ne sait ce que sera le déclencheur. Ni quand. Mais la plaine est sèche et attend son étincelle… Et ce pouvoir sarkozyste le plus inique depuis 60 ans multiplie les provocations…
Ainsi Lefevre UMP propose qu’on modifie encore le Code du travail pour qu’on puisse continuer à travailler chez soi quand on est en congé maladie ou en congé maternité, il appelle cela de « nouveaux droits pour les salariés ». On nous dit qu’il abuse, qu’il serait minoritaire même à l’UMP. Mais non, ce ballon d’essai en cache d’autres. Avec le même abus de langage sur le « volontariat » du salarié, ils proposent qu’il ait « la liberté de travailler le dimanche », « la liberté de travailler plus », « la liberté de travailler 65 h » par semaine… Comme si « la liberté » existait en droit du travail avec 3 millions de chômeurs et des salaires bloqués de façon draconienne… Ce qui caractérise un contrat de travail c’est « la subordination juridique permanente » : seul l’employeur décide de la naissance du contrat, de la gestion du contrat, de la fin du contrat… Tout salarié est subordonné : Lefèvre veut étendre « la liberté » des employeurs d’en abuser.
Ainsi l’UMP a déposé une proposition de loi pour que les entreprises puissent « prêter » des salariés aux autres : « loueurs de bras » individualisés contre droit à l’emploi avec contrat de travail légal et conventionnel.

Lire la suite sur le blog de Gérard Filoche.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Actualité | Choix politiques

le 26/05/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.