Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Stress au travail: deux tiers des entreprises ne s’en préoccupent pas O commentaire

etsilasanteLe ministre du Travail Xavier Darcos, lors de la session extraordinaire du 9 octobre 2009 du Conseil d’Orientation sur les Conditions de Travail (COCT), avait présenté son Plan d’actions d’urgence sur la prévention des risques psychosociaux dans les entreprises.

Parmi les mesures, la date butoir du 1er février 2010 avait été fixée aux 1 500 entreprises de plus de 1 000 salariés pour engager des négociations sur le stress au travail. Dans les rangs syndicaux, étaient redoutés par avance un certain manque d’opérationnalité et trop peu d’aspects contraignants pour les employeurs. Ce point de vue était également partagé par des professionnels en prévention des risques psychosociaux qui affirmaient le risque, « d’inclure, dans les accords, des actions visibles, qui ont de l’allure, mais qui n’ont d’impact que sur le court terme ».

Au 18 février 2010, sur les 1 500 entreprises concernées, seules 300 entreprises (20 %) figuraient dans la liste verte, celle des entreprises qui avaient signé un Accord de méthode et/ou un Accord de contenu et/ou un Plan d’accord (20 %).

Au 31 juillet 2010, où en sommes-nous ?

Pour tenter d’y répondre, nous nous sommes appuyés sur les informations disponibles sur le site du ministère du Travail à la rubrique « suivi des négociations sur la prévention des risques psychosociaux ». En recroisant les informations et en les vérifiant, nous avons totalisé 506 entreprises qui avaient déposé un dossier auprès de leur DIRECCTE(3) pour contrôle du contenu, et avant publication au Journal Officiel.

10 entreprises de 250 à 499 salariés et 42 entreprises de 500 à 999 salariés y figurent. Nous rappelons que l’obligation, édictée par le Plan Darcos, concernait les entreprises de 1 000 salariés et plus.

51 % de ces entreprises ont signé un Accord de méthode, 13 % un Accord de contenu et 38 % un Plan d’actions qui à 90 % était concerté entre Direction et les Institutions Représentatives du Personnel ainsi que les délégués syndicaux. Le nombre cumulé est supérieur à 100 %, conséquence de signatures simultanées d’ Accord de méthode et d’Accord de contenu, Accord de méthode et Plan d’actions, Accord de contenu et Plan d’actions.

Lire la suite sur le blog d’Eric SCHOLER, « consultant en management du capital humain »

Retrouvez la liste rouge des entreprises mauvaises élèves au 18 février 2010, celle qui n’avait été publiée que quelques heures par le ministère du Travail, rapidement obligé de faire marche arrière

Be Sociable, Share!

Publié dans : Entreprises | Liste rouge des entreprises | Risques psychosociaux | Stress, santé

le 13/09/2010, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.