Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Services aux personnes: des emplois au rabais 1 commentaire

alterecologo1Le plan Borloo a créé des emplois, mais coûteux et inégalitaire, il a aussi contribué à la paupérisation des salariés. La version 2 ne devrait pas corriger ces défauts majeurs.

Dans la meilleure tradition des films à succès, un « plan 2 des services à la personne » va être prochainement lancé, dans la foulée du précédent de 2005, dit « plan Borloo ». Avec, nous dit la bande-annonce diffusée par Laurent Wauquiez, le secrétaire d’Etat chargé de l’Emploi, encore plus d’emplois, encore plus d’aides publiques et encore plus de facilités pour tous. Cette nouvelle superproduction semble donc une bonne nouvelle en ces temps où le chômage grimpe comme jamais. Ce n’est pourtant pas sûr, hélas!

Le plan 1 des services à la personne avait démarré en 2006. Avec trois ingrédients principaux. D’abord, des aides publiques importantes en faveur de toutes les activités exercées au bénéfice de particuliers à leur domicile, du ménage au gardiennage d’enfants, en passant par le soutien scolaire: des …

Lire la suite dans le dernier numéro d’Alternatives Économiques (mai 2009, n°280).

Be Sociable, Share!

Publié dans : À la maison | Insertion professionnelle | Marché du travail

le 6/05/2009, par Elsa Fayner

1 commentaire

  • jeanjean dit :

    Ces emplois ne sont pas valorisés, la création du DEAVS n’y a rien changé , on ne s’y collera pas et on ne durera pas si on a pas la vocation et l’espoir d’y trouver aussi, après quelques années de service, une perspective de promotion.
    Le plan Borloo a plutôt accéléré le developpement de micro-structures qui sont parfois purement opportunistes et loin de fournir la qualité de vieilles associations ou de services locaux , bien implantés et pluri décennaux voire cinquantenaires ou centenaires (ex: les ADMR), du coup il ya encore moins de missions ou un émiettement de celles qui se maintenaient, c’est encore plus difficile pour une auxiliaire de vie de trouver rapidement une mission de garde , de soin et d’accompagnement .
    Multiplier les opérateurs ne multiplie pas les emplois, les boutiques de type « aide à domicile .com » me font parfois penser aux boutiques de téléphonie mobiles, mais aavec moins de clinquant et plus de misère, hélas.
    Il fallait renforcer et valoriser l’action des associations et services déjà existants plutôt que de favoriser l’éclosion de nouvelles micro-entreprises spontanées dans le domaine et pas toujours à la hauteur (salariées mandatées ou prestataires pas très bien rémunérées, pas vraiment valorisées dans leurs tâches) ou bien intentionnées(chasse au suvbventions locales, exploitations de la précarité)…
    Ce dispositif me fait penser à celui dans un autre dommaine de l’A.E, l’auto-entrepreneur, on cherche louablement des gisements pour l’emploi mais on oublie de les valoriser et d’offrir un peu plus de destin, même modeste au personnes intéressées.
    Et si , dans les deux cas on a pas la vocation on ne s’y collera pas, ni d’être un pro du service au particulier (pas formidablement payé en retour) ni de se lancer dans une hasardeuse création d’activité.

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.