Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Sarkozy veut-il éliminer le Smic? 11 commentaires

Photo: Cédric Faimali/www.collectifargos.com

Avec le choix qui a été fait pour 2011 de ne toujours pas aller au-delà de l’obligation légale d’augmenter le Smic, c’est la cinquième année de suite que le gouvernement s’attaque au filet de sécurité que garantissait le salaire minimum.

Alors même que, depuis 2002, la pauvreté ne cesse en France à nouveau de gagner du terrain, comme le constate l’Insee. Et alors même qu’en 2008 la moitié des Français vivait avec moins de 1.580 euros par mois. Autrement dit, le gouvernement refuse de donner un «coup de pouce» au Smic alors que 20% des salariés gagnent moins que le salaire qu’il est censé garantir et alors que 50% des Français ont un revenu égal ou inférieur à 1,5 Smic.

C’était pourtant prévu.

Une disparition annoncée

Le 18 septembre 2007, au Sénat, le président de la République présentait sa politique sociale à venir. Parmi les points abordés, le Smic, jugé décourageant pour les entreprises.

« L’idée, c’est de nous sortir de la contradiction insupportable que connaissent les salariés et les entreprises de notre pays: d’un côté un Smic qui progresse fortement, sans lien avec les fondamentaux économiques, ce qui fragilise les entreprises à forte intensité en main d’œuvre; de l’autre un nivellement des salaires par le bas, avec une négociation salariale anémiée et des minima de branches parfois inférieurs au smic », avait-il déclaré. Autrement dit, le SMIC découragerait les entreprises de recruter. Elles hésiteraient également à rémunérer davantage, perdant les allégements de cotisations sociales au passage : mieux vaudrait différencier les exonérations selon la politique salariale des différentes branches, avait expliqué Nicolas Sarkozy, alors candidat, à L’Express. Et puis, comme il l’avait déclaré début 2007, le Smic n’inciterait pas à se retrousser les manches : le salaire étant déjà élevé, ses augmentations ne pourraient être qu’insignifiantes

Nicolas Sarkozy avait donc proposé: « Ce qu’il faut faire, c’est jouer sur toutes les dimensions du problème. Sur la fixation du Smic, nous avons besoin de dépassionner le débat. Une commission indépendante fera chaque année des recommandations aux partenaires sociaux et au gouvernement. Cette recommandation, le gouvernement sera libre de la suivre ou non. »

Le RSA plutôt que le Smic

Le premier rapport du groupe d’experts sur le Smic a été publié en 2009. Et que disait-il, 15 jours après le lancement du RSA?

La politique du Smic ne peut, selon les auteurs du rapport, constituer un moyen de lutte efficace contre la pauvreté puisque les effets positifs des revalorisations du Smic sur les revenus des personnes en place sont rapidement contrebalancés par l’impact négatif sur l’emploi, tentent-ils de prouver. Les politiques de soutien au revenu du travail à travers la prime pour l’emploi ou le RSA leur semblent plus appropriées pour réduire les inégalités des revenus du travail en découplant revenu et coût du travail peu qualifié.

Il l’a dit, il l’a écrit, il a agi.

Elsa Fayner

Lire également

Be Sociable, Share!

Publié dans : Actualité | Choix politiques | Salaires | Smic

le 27/07/2011, par Elsa Fayner

11 commentaires

  • Croa dit :

    Tout le monde devrait savoir que derrière les difficultés des entreprises et de l’emploi il y a la politique libérale de «concurrence libre et non faussée». Un peu de protection de l’économie réelle (rénovation du contrôle des prix, etc… ) rendrait peut gênants les nécessaires coups de pouce au SMIC. Le problème est que ça, nos « élites » ne veulent pas en entendre parler !
    Pire, dans la conjoncture qu’ils s’imposent (c’est donc leur choix!), pour nos « élites », les salaires seront toujours trop élevés !

  • Mirabo dit :

    Suppression du smic + rsa pour tous = on va peut-être finir se rejoindre sur le dividende universel, finalement ? Bon, d’accord, c’est Noël… mais bon …

  • Isabelle dit :

    Bonjour, le Smic est un salaire de référence certes, mais il existe aujourd’hui quantité de façon de payer un salarié moins que le Smic. Il y a eut des dérogations par corps de métier qui transgressent grandement le code du travail.

    Par exemple, un distribueur de prospectus est payé à la tache, 0,07 euro par pli dans la boîte ! Il est en CDI mais n’a pas de salaire horaire ! Il travaille aussi la nuit… Evidemment, ce genre d’information ne circulent pas.

  • ferkal dit :

    ce gouvernement veut notre mort. je trouve incroyable que sarkozy veuille payer les Francais moins cher, pour le même travail.
    on se demande de qui est-il le president (des francais ou des entreprises).
    merci de nous donner ce genre d’imformation

  • cdrc dit :

    Bnjr /// Un président ne vient pas de nulle part / celui-ci à (aussi) son histoire : entre autres : http://www.cpolitic.com/cblog/2010/12/23/mediator-nicolas-sarkozy-etait-avocat-daffaires-pour-servier/
    Au-delà de l’anecdote, il me paraît indispensable (afin d’expliquer les indignations de Ferkal), de montrer par l’histoire des deux derniers siècles français, comment le patronat de ce pays sait y faire pour nous en mettre plein les mirettes : http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1974
    Circulons, il y a tant à voir…

  • Olivier dit :

    Sarkozy n’a pas d’autres projets politique que de dérouler le tapis selon les désirs de l’OMC et du FMI.

    La liste des libertés réduit comme peau de chagrin, la liste des injustices sociales prend de l’embonpoint, la liste des abus en tous genres et des corruptions n’en finit pas de gonfler, la liste des droits supprimés ne ferait même pas rêver Prévert.

    C’est un choix de société qui prend forme et il semble que malgré les mises en gardes, malgré les sonnettes d’alarmes qui retentissent de partout et sans arrêt la bête immonde du profit pour le profit et du mercantilisme gagne du terrain.

    Bonne année 2011

  • Alain dit :

    le gouvernement s’attaque aux acquis sociaux !!
    Stéphane HESSEL qui a écrit  » indignez vous !  » décrit très bien les mécanismes de ce gouvernement au service des plus riches.
    Une seule ligne de conduite la résistance pacifique et le travail en réseaux

  • le Prolo du Biolo dit :

    « Contre l’angoisse du lendemain et de la maladie, nous mettrons l’homme à l’abri du besoin »

    Ambroise Croizat. Ministre du Travail. 1945-1947. qui a mis en place la Sécurité Sociale telel qu’elel était prévue dans le programme du Conseil National de la Résistance.

    Solidarité sociale contre le précariat et la dictature des intérêts des privilégiés .

    Ben Sarkozy, dégage !

  • Verel dit :

    Sarkozy ne veut plus de coup de pouce pour le SMIC et il a raison !

    Ce sont qui ont donné des coups de pouce et inconsidérément augmenté le SMIC plus vite que le salaire médian qui devraient être montrés du doigt pour avoir œuvré contre les intérêts des plus pauvres et des plus faibles

    L’argument de l’influence du coût du travail sur la compétitivité des entreprises ne m’a jamais complétement convaincu, mais il ne peut être négligé

    Mais c’est surtout la question de la pyramide des salaires qui doit être observée

    Au fur et à mesure que le rapport entre le SMIC et le salaire médian a augmenté, le chômage des moins qualifiés a lui aussi augmenté, avec des taux de 40 ou 50% de chômage pour les jeunes concernés 3 ans après leur sortie du système scolaire

    La seule mesure qui a inversé la tendance a été celle concernant les allégements de charge sur les bas salaires. las, elle a été détourné de son objet pour financer les 35 heures (ce qui est un de mes reproches principaux contre les 35 heures)

    Ici, une présentation très claire de la DGTPE où on voit page 12 l’évolution du rapport SMIC/ salaire médian, qui vaut tous les rapports du monde
    http://www.minefe.gouv.fr/directions_services/sircom/emploi/conf071023/presentation_dgtpe.pdf

    Et un de mes articles sur le sujet, ancien mais qui me parait toujours valable
    http://verel.typepad.fr/verel/2008/05/hausse-du-smic.html

  • Alain dit :

    J’y crois pas une seconde!

  • Atzo dit :

    Pour continuer la mutation du salariat vers le précariat : les travailleurs privés d’emploi et contraints au RSA pour assurer leur survie seront soumis à 7 heures de travail forcé !!! qui dit mieux.
    N’oublions pas que Martin Hirsch, Monsieur Précarité pour le programme Socialiste de 2007, et solution miracle contre la pauvreté, adoubé par les « gauches et verts et syndicats de tout poil » restait plus qu’ambigu quant à sa position sur le SMIC en public mais en famille dans les conférences du MEDEF avouait haut et fort qu’il voulait le voir disparaitre au profit du miraculeux RSA.
    Miracle de la transmutation du SMIC en travail obligatoire « dédommagé 4 € » pris dans les poches des travailleurs et mis en concurrence contre le misérable SMIC…On en reste Béat.

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.