Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Réforme des retraites : l’âge compte. Et le plaisir de travailler, bordel ? O commentaire

Le 10 juillet 2012 la Grande conférence sociale s’attaque à la réforme des retraites, ou plutôt à la réforme de la réforme. La CGT réclame le rétablissement du droit à la retraite à 60 ans pour tous (le décret publié le 2 juillet ne concerne que certaines catégories de travailleurs), ce qui n’est pas dans l’intention du gouvernement.

La demande possède un mérite pour Serge Volkoff, directeur du Créapt (Centre de recherches et d’étude sur l’âge et les populations au travail) : reconvertir des chômeurs âgés en retraités. Mais ce n’est pas suffisant. En France, le taux d’emploi à 59 ans est de 40% seulement. Une réforme des retraites ne pourra pas à elle seule modifier la durée de la vie active, prévient le chercheur.

Rue89 : Pourquoi le taux d’emploi des seniors reste-t-il si bas en France ?

Serge Volkoff : L’explication est à chercher à la fois du côté des employeurs et du côté des salariés eux-mêmes.

Du côté des employeurs, les enquêtes révèlent certes un jugement plutôt bienveillant vis-à-vis des travailleurs âgés, mais les pratiques varient en fonction des entreprises.

C’est vrai pour l’embauche : parmi les chômeurs, la proportion de ceux qui dépassent les deux ans de recherche d’emploi est doublée après 50 ans ; c’est vrai aussi pour la formation continue : l’accès à la formation décroît fortement avec l’âge, et devient rare dès 45 ans chez les ouvriers et les employés, ce qui compromet leur évolution professionnelle, et leurs chances de retrouver un emploi s’ils le perdent.

Du côté des salariés, nombreux sont ceux qui mettent fin prématurément à leur période d’activité pour préserver leur santé. La plupart des salariés, dans toutes les catégories sociales, situent « l’âge idéal » de fin d’activité entre 55 et 60 ans. Le souhait de « partir en retraite le plus tôt possible » est un peu moins répandu en France qu’en Espagne ou en Italie, mais beaucoup plus qu’en Suisse, aux Pays-Bas ou dans les pays scandinaves.

Les salariés qui comptent quitter le travail avant d’avoir une retraite à taux plein sont nombreux à dire que c’est dû à la pénibilité de leur travail actuel ou passé, ou à leur état de santé. Leurs intentions dépendent aussi beaucoup des possibilités d’épanouissement professionnel : apprendre dans son travail, coopérer dans une équipe, faire un travail de qualité.

Comment favoriser l’emploi des seniors alors ?

Lire la suite de l’article d’Elsa Fayner sur Rue89 Eco

Be Sociable, Share!

Publié dans : 35h, retraites: temps de travail | À la une | Actualité | Retraites

le 1/09/2012, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.