Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Qui détient la dette française? 4 commentaires

La CFE-CGC organisait mardi 22 mars une rencontre entre l’économiste Philippe Askenazy, auteur des Décennies aveugles, et l’ex-membre du Medef, ex-président de l’Apec, Éric Verhaeghe, auteur de Jusqu’ici tout va bien! Un débat qui s’est terminé autour de la dette.

Pour Philippe Askenazy, la question de la dette française est moins son montant que ses créanciers.

Des banques allemandes?

Qui détient la dette française? C’est la question que pose l’économiste. « Des banques étrangères? Allemandes? Nous savons ce que les banques françaises détiennent de dette grecque. Mais pas ce que les banques étrangères détiennent de dette française », poursuit l’économiste. « Il faudrait que la Banque centrale européenne fasse le tour des acteurs bancaires – assureurs, banques…- de l’Union européenne pour le savoir ».

De riches Français?

Autre question: « la dette publique est-elle vraiment détenue par les plus riches en France? Ce n’est pas le cas aux Etats-Unis par exemple où les riches, de plus en plus nombreux, investissent dans des produits plus risqués désormais ».

Rembourser la dette?

Et l’économiste de conclure « on ne sait pas qui possède notre dette, ni ce qui se passerait si on ne pouvait plus la rembourser. Même les décideurs ne le savent pas »

Eric Verhaeghe se demande d’ailleurs s’il faut rembourser la dette. Il demande au moins qu’un débat démocratique ait lieu sur la question.

La dette a bon dos

Alors que, pour Philippe Askenazy, « notre niveau de dette n’est pas alarmant. Il faut relativiser. D’autres pays européens sont plus en difficulté que nous. Comme l’Italie ou la Belgique. D’ailleurs, la Belgique a réussi à rembourser en partie sa dette, toute en vivant une prospérité économique. C’est une expérience qui va à l’encontre du mythe disant que l’Etat ne peut jamais rembourser. Un mythe qui permet de dire qu’il faut se serrer la ceinture ».

Elsa Fayner

Philippe Askenazy est également l’auteur du passionnant ouvrage Les Désordres du travail.

Sur les origines de la crise financière de 2008, les intervenants conseillent Le rapport Angelides (en anglais)

Be Sociable, Share!

Publié dans : Actualité

le 23/08/2011, par Elsa Fayner

4 commentaires

  • lulu54 dit :

    « Un mythe qui permet de dire qu’il faut se serrer la ceinture »
    Ce n’est peu être pas l’exemple de la Belgique qu’il faudrait citer avec le fait de se serrer la ceinture, mais plutôt l’exmple de certains pays sud américains qui ont fait annuler leur dette en démontrant que c’était certains politique corompus qui l’avait imposé.

    ce n’est pas au peuple de payer les pots cassés!

  • Jaudon dit :

    Bonjour,

    Chaque Etat Europeen est endette , de meme que chaque Etat americain.La difference est que l’Union Europeenne n’est pas endettee contrairement aux Etats Unis d’Amerique.

    Ainsi l’Union Europeenne peut faire une action de desendettement des Etats en s’endettant ( principe de subrogation de la dette ).

    De fait, les Etats Europeens pourraient retrouver un nouveau souffle.

    Meilleures salutations

    Jean-François Jaudon – Collectif pour un desendettement des Etats Europeens par l’endettement de l’Union Europeenne.

  • Eric Verhaeghe se demande d’ailleurs s’il faut rembourser la dette. Il demande au moins qu’un débat démocratique ait lieu sur la question.

  • Nous savons ce que les banques françaises détiennent de dette grecque. Mais pas ce que les banques étrangères détiennent de dette française », poursuit l’économiste. « Il faudrait que la Banque centrale européenne fasse le tour des acteurs bancaires – assureurs, banques…- de l’Union européenne pour le savoir ».

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.