Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Quelle place pour l’équipe médicale en médecine du travail dans les dispositifs mis en place par les accords de prévention des RPS des organisations du travail délétères? O commentaire

Par Dominique HUEZ, médecin du travail

Par professionnels de santé au travail nous parlons des personnes qui relèvent pour leur exercice professionnel du Code de la santé, c’est-à-dire des médecins du travail et des infirmiers(ières) du travail. Rappelons que l’exercice des médecins du travail est fondé sur la confiance adossée au secret médical c’est-à-dire à la préservation de ce qui advient aux oreilles du médecin du travail en ce qui concerne les situations individuelles. Agir sur le travail et son organisation pour préserver la santé d’une personne ne peut se faire qu’avec son consentement éclairé tout en préservant la confidentialité sur son état de santé. Agir collectivement passe par une contribution spécifique à l’identification des risques du côté du travail, par des dispositifs de veille et d’alerte médicale. Les informations ou alertes sont portées à la connaissance des employeurs, CHSCT ou représentants du personnel en cas de défaut de cet organisme.

Alors oui, si de tels accords RPS incitaient les médecins du travail à déployer des dispositifs de veille et d’alerte médicale de leurs responsabilités dont ils rendraient compte chaque année et en tant que de besoin, cela pourrait faire avancer la prévention. Mais ne confondons pas la participation à des enquêtes ou à des indicateurs généraux des entreprises, avec un dispositif de la responsabilité du médecin du travail. Le système de veille et d’alerte du médecin du travail doit être concret, lui permette d’agir préventivement à partir de ce qui fait difficulté dans des situations de travail de petites collectivités de travail. La porte d’entrée en est le travail empêché tel qu’il advient à la compréhension du médecin du travail, ou les multiples figures de la souffrance psychique qui prennent sens dans le suivi d’une petite collectivité de travail. Socialiser de telles situations auprès des différents acteurs de l’entreprise et auprès des salariés pour qu’ils s’expriment et proposent des alternatives face à ces situations bloquées procède d’une démarche de prévention des effets délétères d’organisations du travail pathogènes.

Lire la suite

Be Sociable, Share!

Publié dans : Médecin du travail | Risques psychosociaux | Stress, santé

le 1/06/2011, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.