Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Prévention du stress : plus qu’une nécessité, une obligation 5 commentaires

inrsUn arrêté ministériel vient de rendre obligatoire l’application de l’accord national interprofessionnel sur le stress. L’accord stipule en particulier que les entreprises doivent mettre en oeuvre les mesures nécessaires pour prévenir, éliminer, et à défaut, réduire le risque de stress au travail

L’arrêté du 23 avril 2009
L’accord national interprofessionnel sur le stress (PDF)
Focus Combattre les risques psychosociaux

Sur le sujet, lire aussi:

Le stress au travail : pathologie ou symptôme ?

Gaulejac: “Comme si le salarié était responsable de son propre malaise”

Le stress au travail: un problème organisationnel, pas individuel

Le stress, c’est du business

Comment anticiper les risques psychosociaux?

Un deuxième plan santé-travail

L’UE veut réduire le stress au travail

Défense de stresser

Cadres sup’ seuls et stressés

Le stress reste un sujet explosif au Technocentre de Renault

Portrait de Marina, Le stress des cadres 2

Film: J’ai TRÈS mal au travail

Livre: Souffrir au travail

Be Sociable, Share!

Publié dans : Actualité | Stress, santé

le 5/06/2009, par Elsa Fayner

5 commentaires

  • ZHOU dit :

    Bonjour,
    Je suis surprise de ne pas voir de commentaire. J’ai fait mes recherches et j’ai trouvé de nombreuses solutions.
    La première c’est d’utiliser un coach, c’est adapté on est en face à face, ces personnes sont compétentes. Mais cela coûte cher et on ne peut pas l’utiliser pour tous les employés. En plus, après le séminaire, on oublie souvent ce qui s’y est dit.
    La seconde c’est de trouver des solutions soi-même, mais bon au boulot la productivité prime et le stress est assez tabou… On en parle pas facilement aux supérieurs.
    La dernière solution que j’ai trouvé est très surprenante, c’est un site Internet : http://www.meteostress.com. Sur ce site, on peut se renseigner, évaluer notre niveau de stress, comprendre notre stress et agir dessus via des solutions. Je me suis inscrite dessus (ça fonctionne sous forme d’abonnement et ce n’est vraiment pas cher !) et il y a vraiment plein de chose ! Seul point négatif que j’ai trouvé c’est la présentation des textes … Mais ils sont nouveaux (c’est un site bêta) alors j’espère qu’ils vont s’améliorer !!!

    Si vous connaissez d’autres solutions, dite-le ! Je suis prenante !

  • Nostress dit :

    Bonjour,

    Le commentaire précédant, une publicité mal déguisée pour un site Web payant, risque de laisser penser que la solution du stress est accessible par internet…

    Plusieurs décennies de recherche dans diverses disciplines ont pourtant montré qu’une solution miracle n’existait pas et qu’il fallait que les organisations se préoccupent de ce problème de façon collective (tous les salariés inclus, y compris intérimaires et une réflexion sur le personnel sous-traitant) et préventive (agir avant que le stress ne soit déjà intolérable).

    Vous trouverez plusieurs ressources et guides en français sur les sites web suivants (gratuits et sérieux) : http://www.inrs.fr/ ; http://www.anact.fr/ ; http://www.irsst.qc.ca/

    Bon courage, la mise en œuvre d’une telle démarche n’est pas chose aisée mais elle est payante.

  • Elsa Fayner dit :

    Bonjour,

    merci pour vos commentaires. J’ai donc ajouté quelques liens à la suite de l’article. La prévention du stress reste en effet un vaste chantier.

    Sur le sujet, un colloque a été organisée par Santé & Travail le 15 octobre 2008.
    Le constat à l’origine de ces rencontres: “Face à la montée des dépressions nerveuses au travail, de la souffrance mentale, voire des suicides, les acteurs de la prévention sont souvent désemparés. Le risque est grand d’engager des actions pour pallier les difficultés personnelles des salariés, sans remettre en cause les facteurs de risques du travail, ni agir sur ceux-ci. (…)

    Toutes ces fausses pistes font le bonheur des consultants qui vendent chers des stages de gestion du stress, des numéros verts pour une aide psychologique individualisée, ou encore des observatoires du stress. Autant de solutions qui n’ont d’autre intérêt que d’éloigner l’investigation sur le travail et les conditions dans lesquelles il s’effectue. Et sur cet aspect là, il convient également de ne pas s’en tenir aux causes traditionnelles évoquées, telles l’intensification du travail, les contraintes de temps trop sévères, les objectifs intenables.

    Ces facteurs de risques, dont personne ne peut sérieusement nier l’impact sur la sphère psychique, ne suffisent pas à expliquer à eux seuls la genèse de la souffrance au travail. D’autres aspects du travail, comme l’isolement des salariés, la perte de sens, la disparition des collectifs qui empêche la confrontation et le débat sur le travail, l’impossibilité de faire un travail de qualité dont on peut être fier (« du bel ouvrage »), l’absence de reconnaissance sont aussi des voies à explorer pour la prévention.”
    En savoir plus:
    http://voila-le-travail.fr/2009/01/05/le-stress-cest-du-business/

    Les propos de Vincent de Gaulejac peuvent également être éclairants:

    « Ce n’est pas en réunissant les salariés en séminaires pour parler du stress que ça va les aider. C’est en leur donnant les outils théoriques et pratiques qui leur permettent de comprendre ce qu’il se passe : le décalage entre les objectifs et les moyens, etc. Il faut permettre aux travailleurs d’être des sujets, de donner du sens à leurs symptômes pour ne plus les subir. Il faut discuter des conflits vécus, pour le comprendre, et envisager les transformations des organisations nécessaires.
    Il y a une vraie bataille idéologique derrière ce thème du stress au travail. D’ailleurs, il vaudrait mieux parler de ‘’violence’’ que de ‘’souffrance’’ au travail : cela permettrait de passer du discours de la victime à celui du contestataire. »

    Lire l’interview complète: http://voila-le-travail.fr/2009/06/05/comme-si-le-salarie-etait-responsable-de-son-propre-malaise/

    Vous pouvez également lire une autre interview de Gaulejac sur le stress, sur Miroir social (accès payant): http://www.miroirsocial.com/interview/on-attend-des-employes-une-implication-subjective-et-affective

  • GROSSI dit :

    Bonjour,
    Je tenais à témoigner car depuis Novembre 2008, je suis en arrêt maladie pour un Burn Out sévère (je ne marchais plus, ne parlais plus, n’étais qu’un légume pendant des mois).
    Après 8 mois, je parviens à peine à avoir 2-3 heures d’activités (se laver, préparer un repas, marcher 30 min maxi, conduire 30min maxi…) par jour et lire un peu.
    J’avais un boulot d’intérimaire qui devait me mener à un CDI dans un grand groupe qui grandit à toute vitesse (mon intérim est fini, pas de CDI). Je travaillais 11h par jour avec un chef inconstant, tout sauf humain (service RH), pas de vacances en 18 mois….Bref, l’enfer mais je m’accrochais pour le sésame : un CDI.
    Je suis « tombée », moi l’hyperactive qui se relevait toujours, et je vais devoir changer de vie et de vision…
    Il faut parler des dangers du travail pour éviter cela.
    Je ne le souhaite à personne même si j’ai trouvé le cadeau caché, je vais commencer une 2ème VIE !!!!! (faite de lâcher prise, distance et modération).
    Merci pour le site.
    P

  • Astouric Alain dit :

    Souffrance au travail : du supportable à l’insupportable

    http://www.metiseurope.eu/souffrance-au-travail-du-supportable-l-insupportable_fr_70_art_29564.html

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.