Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

On vieillit mieux dans le bâtiment qu’à la Bourse O commentaire

Résultats de l’enquête « Santé et vie professionnelle après 50 ans » (SVP50), menée en 2003 par des médecins du travail et des chercheurs du Centre de recherches et d’études sur l’âge et les populations au travail (Créapt):

  • près des deux tiers des femmes et 57% des hommes travaillent en ressentant des douleurs,
  • 69% des femmes et 48% des hommes ont la sensation de se fatiguer vite,
  • 54% des femmes et 37% des hommes pâtissent de troubles du sommeil.

Deux types de pathologies, rhumatologiques et cardiovasculaires, sont particulièrement fréquents:

  • les atteintes rhumatologiques touchent près du quart des salariés
  • les pathologies cardiovasculaires concernent 17% des hommes et 12% des femmes. Un quart des hommes d’au moins 60 ans encore en activité présentent une maladie cardiovasculaire.

Des facteurs d’usure prématurée en augmentation

Au-delà du vieillissement naturel ou biologique des salariés, les recherches ont aussi mis en évidence plusieurs facteurs d’usure prématurée des salariés: travail de nuit, horaires décalés ou alternants, port de charges lourdes, postures pénibles comme le travail les bras en l’air, contraintes de rythme et de cadence, polyvalence imposée, etc.

Des situations qui sont toujours fréquentes: les horaires atypiques progressent, les contraintes de rythme augmentent fortement, et si les efforts physiques diminuent, ils augmentent pour les ouvriers, toujours selon la DARES.

La pénibilité subjective

La pénibilité ne se mesure toutefois pas de la même manière pour tous les travailleurs. Il importe de se pencher aussi sur la pénibilité telle qu’elle est vécue par les salariés, c’est-à-dire les appréciations que les salariés portent sur leur travail, son sens.

Pour les chercheurs, ce sont des dimensions essentielles pour se sentir « capable de tenir » jusqu’à la retraite.

L’enquête SVP50 montre ainsi des différences importantes dans deux secteurs caractéristiques, le bâtiment et les activités financières.

  • Le secteur du bâtiment concentre de nombreux facteurs d’usure physique et d’exposition aux risques ainsi que les traces de ces expositions (douleurs dans le travail, vieillissement précoce). Pour autant, les salariés de ce secteur ont très majoritairement l’impression de faire un travail utile et d’avoir encore des occasions d’apprendre.
  • La situation est pratiquement inverse pour ceux des activités financières, certes à l’abri des astreintes physiques en comparaison du bâtiment, mais fortement en butte au travail sous pression, aux changements imposés et mal vécus. Ce secteur apparaît dans l’enquête SVP50 en tête de tous les secteurs pour les intentions de quitter le travail avant l’âge « de pleins droits ». Ainsi, près d’un tiers des salariés du secteur financier pensent arrêter leur activité professionnelle avant l’âge de la retraite. 


Be Sociable, Share!

Publié dans : 35h, retraites: temps de travail | Actualité | Conditions de travail | Retraites

le 12/08/2011, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.