Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

« Mon supérieur se moquait de ma nationalité française » 1 commentaire

t33barbiesecretaire

Illustration Claire Laffargue

Fleur (1) avait un bac+5, elle se retrouve mutée à l’étranger dans un grand groupe et découvre des managers qui la verraient bien secrétaire toute sa vie.

Ma situation a duré cinq ans. Les cinq années que j’ai passées dans ce grand Groupe. Je travaillais en contrat local, dans un autre pays de l’Union Européenne.
Dès le départ, mon supérieur m’a considérée comme sa propriété. Il ne me donnait aucune mission, mais souhaitait que je sois toujours disponible.
J’ai réagi, en contactant le service des ressources humaines. Ce dont mon supérieur a pris ombrage. Il a alors commencé en plus à me dénigrer, me disant d’aller me faire soigner, se moquant de ma nationalité française, et faisant tout pour m’isoler. J’ai essayé de changer de service. En vain.

Super secrétaire à bac+5

De ce fait là, j’ai été bloqué dans un poste de super secrétaire Avec mon bac+5… Je m’occupais de tableurs, de rédactions de comptes-rendus, etc. J’avais des fonctions mal définies, je dépendais opérationnellement de 3 ou 4 managers qui se plaisaient à me traiter comme leur larbin. Les règles RH du Groupe -pourtant nombreuses- ne semblaient pas s’appliquer à moi: peu de formation, pas d’objectifs (il a fallu que je me batte pour finalement en avoir), un salaire et un statut de non-cadre et surtout une mise à l’écart quasi continuelle de toute promotion. Les candidatures que j’ai faites pour accéder à des postes hors de ce service ont été bloquées par mes supérieurs.

Mon premier supérieur a fini par être muté, mais ses méthodes avaient inspiré: mes autres supérieurs et managers (j’en avais tellement…) trouvaient assez pratique de m’avoir à leur botte et de continuer à me tourmenter en me rappelant continuellement mon sous-statut. Je cherche du travail hors du Groupe -depuis longtemps déjà- mais vu mon CV appauvri par le manque d’expérience et de formation, je ne trouve pas.

« Négative »

J’ai donc fini par porter plainte en interne contre mes supérieurs pour harcèlement, et blocage. On me propose un poste qui est le copier-coller de mon poste actuel, et on n’essaie de me persuader que je suis « négative », « difficile » et que je ne trouverai pas d’autres postes meilleurs que celui-là. Je refuse le poste.
Mes managers me méprisent de plus en plus et ma santé, qui était déjà vacillante depuis deux ans, se dégrade. J’enchaîne les arrêts maladie et le médecin du travail reconnaît que la situation doit cesser.
Je demande à revenir dans mon pays par le biais d’une mutation interne et relance l’affaire au siège. Mais il ne se passe rien. Pire : désormais, tous les jours, mon supérieur direct me critique. A la suite d’une énième altercation, où je me défends comme je peux, je suis mise à pied. La procédure disciplinaire suit son cours et je risque le licenciement pour faute lourde. L’entreprise propose alors une séparation contractuelle à l’amiable avec indemnités de départ. Je refuse, je démissionne.

Charte d’éthique

Cela fait maintenant presque deux ans que je suis au chômage, sans indemnités. J’ai énormément de mal à parler de mon expérience lors des entretiens que je passe. En fait je suis continuellement obligée de cacher que mon poste n’était pas un poste de cadre et je dois m’attribuer des fonctions que je n’avais pas pour accéder aux entretiens. Ma santé n’est toujours pas rétablie, et je fais souvent des cauchemars.
Tandis qu’à la suite de ma plainte, une charte d’éthique a été élaborée à l’échelle du Groupe.

(1) Le prénom a été modifié, à la demande de l’intéressée.

Propos recueillis par Elsa Fayner

Vous souhaitez témoigner? Écrivez-moi

Be Sociable, Share!

Publié dans : Au bureau | Stress, santé | Témoignages

le 16/02/2010, par Elsa Fayner

1 commentaire

  • Annette dit :

    Ouille… Je n’ai « que » bac + 4, mais c’est pareil pour moi, je suis coincée dans le secrétariat depuis… 13 ans maintenant. Il y a une chose que je comprends pas : pourquoi avoir refusé la séparation à l’amiable avec indemnités ??? Ce qui t’aurait en plus permis de toucher tes allocations chômage… En tous cas, courage !

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.