Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

« L’humilité est la première valeur chez nous » 2 commentaires

etpourtantjemesuisleveetotExtrait d’un reportage que j’ai réalisé pour mon livre Et pourtant, je me suis levée tôt… Je m’étais faite recruter chez Ikéa, à la « boutique suédoise » pour confectionner sandwiches et hot-dog, 20 heures par semaine, en CDD. É pisode 1, l’entretien d’embauche.

« Nous recherchons quelqu’un d’autonome, qui fasse sa vie tout seul. Ici, par exemple, quand un poste se libère dans le magasin, c’est affiché. Si ça vous intéresse, c’est à vous de vous renseigner. Il ne faut pas non plus hésiter à venir discuter quand ça ne va pas. L’info remonte très vite sinon ». Derrière ses fines lunettes, le jeune Directeur des Ressources Humaines se veut prévenant, et dynamique. Je postule pour un poste de vendeuse de sandwiches à la cafétéria d’Ikéa, grand magasin spécialisé dans la vente de meubles. L’entretien a plutôt bien commencé.
« Ici, vous ne pourrez pas, sur un même contrat, exercer différents métiers dans la maison, mais, à votre poste, vous devrez exécuter des tâches différenciées et variées. Nous l’encourageons vivement. »
Commencent alors les questions difficiles, le test d’embauche.
– Dans quel pays l’enseigne est-elle née ?
– En Suède.
– Les heures d’ouverture du magasin, jour par jour ?
J’essaie de deviner, le DRH m’aide.
– Quelles sont les cartes de réduction proposées ici ?
– ….
– Quel est le but chaque jour quand on vient travailler chez Ikéa ?
– Satisfaire le client.
– Pouvez-vous citer deux de vos qualités ?
– Le sérieux, l’amabilité.
– Et deux points à améliorer chez vous ?
– Je suis tatillonne…
Un défaut qui devrait plaire à un employeur, me semble-t-il.
– Aïe, tique pourtant Vincent.
Ici, on s’appelle par son prénom. Viendra bientôt le tutoiement.
– Que faites-vous alors si vous travaillez avec un ancien qui vous laisse faire petit à petit tout son boulot et qui en profite pour papoter avec un collègue ? Vous êtes du genre à tout faire à sa place ?
– Non, d’abord, je ne me permettrais pas de prendre en charge son travail. Si je vois qu’il ne le fait pas et que ça perturbe le travail en commun, je lui en touche un mot dans l’arrière-boutique.
– Comment réagissez-vous si une cliente revient vous voir en disant que vous avez fait une erreur en lui rendant la monnaie ?
– Je m’excuse et je rectifie …
– Très bien, il faut reconnaître ses erreurs.
– Que faites-vous si vous surprenez un collègue qui prend un billet de vingt euros dans la caisse ?
– Je vais le voir dans l’arrière-boutique, je lui dis que j’ai vu son geste.
– Il aura sans doute des tas d’explications à vous donner, vous savez…
– J’essaie de le convaincre de remettre le billet dans la caisse. Je fais tout pour qu’il le fasse. Je lui dis que je vais le signaler au responsable, je le mets en garde.
– Et s’il ne le remet pas ?
–  Je préviens le responsable.
– D’accord, donc, là, moi, je le vire. Etes-vous prête à témoigner par écrit ? Etes-vous prête à aller jusqu’au bout, ou vous vous dites que vous laissez passer, que vous réagirez la prochaine fois ?
– Je suis prête à témoigner par écrit.
– C’est ce qu’il faut faire. Parce que, et je le dis toujours en entretien, c’est le même type qui va ensuite venir voler vos affaires dans votre casier. En plus, si vous ne le dénoncez pas et qu’une troisième personne vous voit, vous pouvez être accusée de complicité.
Le DRH reprend le fil de ses questions.
– Quel est d’après vous le public visé par Ikéa ?
– Tout le monde.
– Pourquoi ?
– Parce que la gamme de produits est vaste.
Heureusement que j’ai le catalogue à la maison.
– Qu’est-ce que pour vous l’humilité ?
– Heuuu, considérer les autres comme des égaux.
– Etes-vous humble ?
Là, je me dis qu’il doit y avoir un piège, que ça ne peut pas être si simple.
– Oui, enfin, de plus en plus, je crois…
Erreur. Le DRH jubile sur son siège Ikéa.
– Ah, voilà, j’ai trouvé la faille ! » Pour la première fois de l’entretien, il me regarde dans les yeux. « Vous savez, l’humilité est la première valeur chez nous. Moi je peux discuter de la même manière avec quelqu’un qui met les produits en rayon ou avec le patron ».

Be Sociable, Share!

Publié dans : Au magasin | Entreprises | Ikéa | Témoignages

le 21/02/2010, par Elsa Fayner

2 commentaires

  • dit :

    Excellent. Un update 2010 de « Attention danger travail ». Merci Elsa.

  • whitedamon dit :

    Ce n’est pas une faille de ne pas connaître la définition d’un mot.
    Et puis tout le monde a des failles ^^…

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.