Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Les politiques de l’emploi en Europe : quelles réactions face à la crise ? O commentaire

ceeEn Europe, les tendances de réponse des politiques de l’emploi face à la crise s’inscrivent globalement dans la continuité des réformes antérieures, et en particulier des tendances à l’« activation » des politiques de l’emploi. Malgré tout, les pays ont également recours à des outils de protection de l’emploi et de soutien au revenu qui apparaissent contradictoires avec les recommandations habituellement tirées du paradigme ayant fondé ces réformes. Même si ces mesures sont présentées comme temporaires dans la plupart des pays, les politiques de l’emploi apparaissent malgré tout sous tension, entre des logiques et des paradigmes contradictoires : la logique keynésienne de soutien du revenu n’est pas conciliable avec la théorie néo-classique de l’offre de travail qui sous-tend les politiques d’incitation au travail, et la protection de l’emploi par le partage du travail s’oppose à la vision du marché du travail que proposent les modèles d’appariement ou le modèle WS-PS. Le débat sur le « tournant » vers
plus de rigueur budgétaire, amorcé au cours du premier semestre 2010, risque également d’affaiblir les politiques de l’emploi dans leur composante de soutien aux revenus. Il est probable que ces contradictions s’étendent au-delà des politiques de l’emploi, à l’ensemble des questions de régulation du marché du travail, notamment pour les pays alliant forte hausse du chômage et proportion élevée des contrats temporaires ou haut degré de flexibilité du contrat de travail. D’un point de vue empirique, le principal écueil de ces politiques est la segmentation du marché du travail, les publics les plus fragiles (jeunes, non qualifiés, immigrants, etc.) étant à la fois ceux qui bénéficient le moins des mesures de protection et de flexibilité interne, et ceux qui sont les plus soumis aux logiques d’activation.
Du point de vue des « modèles » de politique de l’emploi, la crise modifie quelque peu le diagnostic porté antérieurement sur le succès conjoint des pays libéraux et nordiques, et le prétendu échec des pays continentaux : le cas de l’Allemagne, voire de l’Italie, montrent au contraire que les outils traditionnellement utilisés par ces derniers, ainsi que leur degré plus élevé de protection de l’emploi, ont un effet modérateur du choc en temps de crise. Ce résultat doit bien sûr être confirmé sur un horizon plus long. Pour l’instant, les différents modèles ne semblent pas avoir connu de réforme majeure et conservent leurs caractéristiques fondamentales. Il faut toutefois relever l’existence de débats très importants dans certains nouveaux pays membres (Pologne, Bulgarie, Roumanie…), sur l’assurance-chômage, la protection de l’emploi par le chômage partiel, le salaire minimum… qui semblent les éloigner des tendances néo-libérales qui les ont caractérisés depuis leur intégration dans l’Union européenne. De ce point de vue, il apparaît particulièrement important de relancer le débat sur les composantes du « modèle social européen », au-delà du concept de « flexicurité » dont la portée opérationnelle se trouve fortement réduite par les évolutions du chômage, les politiques mises en œuvre face à la crise, qui privilégient la flexibilité interne comme outil de sécurisation des trajectoires, mais aussi l’affaiblissement du modèle danois sous le double effet de la montée du chômage et des impératifs de rigueur budgétaire. La réflexion sur la Stratégie post Lisbonne 2000-2010 (projet « Europe 2020 ») offre l’opportunité de relancer les objectifs et les outils de la coordination des politiques de l’emploi en Europe : au-delà des débats sur la nécessité et la nature de l’« emploi vert », il semble nécessaire de mener une réflexion plus ambitieuse sur l’« emploi soutenable » et la qualité de l’emploi des Européens.

Lire l’étude Les politiques de l’emploi en Europe : quelles réactions face à la crise ?, de Christine Erhel, CEE

Be Sociable, Share!

Publié dans : Choix politiques | Marché du travail

le 16/10/2010, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.