Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

« Le passage à l’acte suicidaire, témoin de l’amputation du pouvoir d’agir » 1 commentaire

Illustration Claire Laffargue

Illustration Claire Laffargue

Depuis 2008, le chiffre des suicides sur le lieu du travail ou en lien avec le travail ne cesse d’augmenter : 400 suicides estimés, autant que le nombre de décès accidentels en lien avec le travail.
Depuis janvier 2009, pas un jour sans une météo des suicides survenus sur le lieu du travail. Un accident impliquant autant de personnes en une seule fois aurait déjà eu une couverture médiatique, la visite des officiels et peut-être la fameuse minute de silence. Et bien moi, je demande cette minute et bien plus d’ailleurs, pour le respect de toutes ces familles, collègues et amis endeuillés par ces drames qui ne peuvent devenir « une banalisation du mal du à la crise ».
Pourtant en 2007 Annie Thébaud-Mony, sociologue, écrivait déjà dans le Monde Diplomatique : « Le travail monde de violence et de mort ».
Alors, arrêtons d’observer, de faire passer des questionnaires, d’évaluer … le résultat est connu : nous vivons une situation historique dramatique en lien avec un néolibéralisme ne sachant plus comment s’y prendre pour apporter plus de dividendes à leurs actionnaires. Plus aucun secteur n’est épargné, secteur privé, secteur public, salariés de production, cadres, dirigeants de PME, agents du tertiaire, agents pénitentiaires, gendarmes, médecins… le passage à l’acte suicidaire, témoin de l’amputation du pouvoir d’agir et d’une impasse existentielle, fait partie de notre quotidien.
Je refuse de m’y habituer, il faut agir et résister chacun selon nos compétences mais surtout dire NON et tendre la main à celui qui est en train de fléchir car, comme l’écrivait la philosophe Simone Weil : « Le travail est l’expérience humaine formatrice de notre rapport au réel, la matière ne renvoie pas à une donnée inerte, mais est d’abord le résultat de l’élaboration humaine. C’est le travail qui introduit de l’unité et de la continuité dans l’univers ». Je terminerai en paraphrasant Maurice Godelier, anthropologue et en vous demandant de diffuser ce texte pour l’enrichir et créer de nouvelles formes de solidarités et d’actions pour remettre de l’humain là où il est en train de disparaître.
« Ne travaille jamais seul, ne t’enferme pas dans ta discipline, appuie-toi sur l’histoire, la philosophie, la psychanalyse…Enfin parle avec les politiques, les religieux, les patrons, les syndicalistes, parce qu’ils peuvent avoir besoin de ce que tu sais. Pour cela, parle une langue que les gens peuvent lire ».

Par le Docteur Brigitte FONT LE BRET, Psychiatre.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Témoignages

le 12/11/2009, par Elsa Fayner

1 commentaire

  • Gilles Boitte dit :

    Quel est le nombre de salariés touchés par la tentative de suicide d’un collègue ?

    Le directeur de Technologia estimait récemment que le chiffre de 500 suicides par an liés au travail était encore sous-estimé. Et une enquête « fruit de deux ans d’un travail commun de représentants de la direction, des syndicats, et de médecins experts sur le suicide au travail (*) » au sein du Ministère de l’équipement montre que pour un suicide abouti, 10 tentatives ont eu lieu. Si on extrapole, ce sont donc chaque année 5.000 tentatives de suicide qui sont liées au travail. Compte tenu du nombre moyen de salariés par entreprise française dans l’industrie, les services et l’agro-alimentaire, cela signifie que chaque année 600.000 salariés de France qui sont confrontés à la tentative de suicide d’un collègue !

    Gilles Boitte

    (*) http://www.humanite.fr/2009-09-21_Politique-_-Social-Economie_Suicides-epidemie-cachee-a-l-Equipement

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.