Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

« Le marché du couple et celui de l’emploi » O commentaire

mainkiecritChronique de Marie-José Hubaud, qui était médecin du travail, auteure du très beau livre “Des hommes à la peine” (La Découverte, octobre 2008).

Je prends le dossier, je dis « bonjour Madame A ».
Elle entre, je referme la porte, on s’assoit.
Elle est grande, maigre, sa permanente n’est pas très réussie et ses cheveux roux presque rouges accentuent sa pâleur.
Son rouge à lèvres très foncé déborde et j’ai du mal à détacher mes yeux de cette blessure qui barre le bas de son visage.
Elle est secrétaire dans un laboratoire, elle répond au téléphone, elle ouvre les dossiers, gère les prises en charge, range les examens, les remet aux clients…
Elle est seule, coincée derrière le comptoir entre l’ordinateur et les classeurs.
Le téléphone sonne sans arrêt, elle n’a pas le temps d’aller aux toilettes, alors elle boit très peu et, régulièrement, elle fait des cystites.
Elle dit que ce n’est pas marrant, mais qu’elle ne se plaint pas, parce qu’elle au moins elle a un travail. Même s’il ne correspond pas à sa qualification, elle a fait une licence de droit. Même s’il ne correspond pas à ses attentes. Elle, c’est le relationnel qui l’intéresse.
Divorcée depuis quelques années, elle vit seule, elle n’a pas d’enfants, elle ne sait rien de ses antécédents, elle vient de « la dasse ».
Elle a encore maigri, elle ne dort pas très bien, elle n’a pas beaucoup d’appétit. Le sport elle n’a jamais aimé ça. Elle n’a pas de médecin traitant, elle n’a pas de gynécologue, elle dit qu’elle n’en a pas besoin.
Il n’y a qu’une chose qui la tracasse, mais elle ne veut pas m’embêter avec ça… Elle se mord les lèvres, elle baisse la tête, « je vais finir ma vie comme je l’ai commencée, seule ».

Elles ont du mal avec les hommes, elles sont restées sur la touche, elles disent que le moment le plus dur, c’était la trentaine, l’appel de la nature dans leurs ovaires, et que maintenant ça va… Elles vont dans un club de sport, elles font des voyages organisés, elles s’occupent des parents âgés, c’est normal leur maison est toute proche. Un peu amères elles parlent de leurs amies avec enfants et maris.
Elles ont du mal avec les hommes, elles sont en plein divorce, elles ne comprennent pas ce qui s’est passé. Ni pourquoi le rêve s’est brisé. Alors pas question de se remettre avec quelqu’un, un ami peut-être, mais qui vivrait chez lui. Elles savent qu’il va leur falloir du temps, beaucoup de temps, et que malgré tout ce temps il y a un petit morceau d’elles-mêmes qui est parti, barré, envolé et ne reviendra plus.
Elles ont du mal avec les hommes, leur couple bat de l’aile, mais elles s’accrochent. « À mon âge, je ne veux pas me retrouver sur le marché »…
Le marché du couple et le marché de l’emploi, se battre sur deux fronts à la fois. Sur les deux fronts, la concurrence, le poids de l’âge et de l’apparence, et l’inégalité entre les hommes et les femmes.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Au bureau | Égalité professionnelle | Témoignages

le 5/06/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.