Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

« Le formateur n’est pas un informateur » 1 commentaire

Je souhaite témoigner d’une expérience en tant que formatrice FLE (français langue étrangère), lutte contre l’illettrisme, alphabétisation…qui m’a profondément bouleversée et questionnée sur les enjeux de cette profession, et sur son positionnement éthique.

Lors d’une intervention auprès de parents, désirant apprendre à parler lire et écrire français, l’association m’employant me demandait de remplir des « fiches d’identification », en guise de document d’inscription à la formation.

Cette étape administrative a généralement comme objectif de recueillir les contacts des participants, de comprendre les enjeux de la formation pour ces derniers, et le contexte dans lequel elle pourrait se dérouler (disponibilités en fonction du contexte professionnel, social ou médical par exemple). C’est en tous cas dans ces termes que ces démarches ont toujours été entreprises dans les structures au sein desquelles j’intervenais jusque là.

Cette fois ci cependant, ma surprise fut de voir que ces « fiches d’identification » renseignaient aussi les données suivantes : titre de séjour en cours de validité : OUI / NON, date d’expiration du titre de séjour / situation professionnelle du conjoint.

Cette formation ayant lieu dans un dispositif hors du Contrat d’Accueil et d’Insertion (CAI), je ne voyais aucune justification administrative au lien fait entre la formation et la validité des titres de séjour des stagiaires y participant.

Les personnes présentes étaient là sur la base du volontariat, après plusieurs démarches de ma part dans le quartier, où j’étais justement aller présenter l’action, en tentant de gagner leur confiance.

Par ailleurs, elle se déroulait au sein même d’un établissement scolaire de l’Education Nationale, où l’on connaît la lutte qui avait été menée quelques mois auparavant par les enseignants, pour faire annuler les questionnaires tendancieux sur le « fichier base élève ». L’idée de vérifier les titres de séjour des stagiaires me semblait d’autant plus contradictoire au sein d’un tel lieu, à priori encore à l’abri de ces pratiques.

En quel nom, allais-je, moi, formatrice FLE, contrôler des documents administratifs, au détour d’un entretien servant à recueillir les contacts de la personne ? Par ailleurs, en quoi la situation professionnelle du conjoint des stagiaires avait-elle un lien avec cette formation ? J’aurais été la première à m’insurger si l’on m’avait posé cette même question, alors que je m’inscrivais à un cours d’espagnol.

Je laissais donc ces cases vides, en attendant de pouvoir demander à mes supérieurs hiérarchiques quelques explications à ce propos. Leur réponse me surprit davantage, lorsqu’ils affirmèrent que cette question était « hautement politique »,  que « je n’étais pas là pour faire de la politique », que ces renseignements étaient destinés aux financeurs (politique de la ville, collectivités locales, et FSE), et qu’il était normal que ces derniers identifient leur public !

Je refusais strictement de remplir ces données auprès de ma hiérarchie, qui après divers échanges préféra passer cette question houleuse sous silence le temps de mon contrat.

Par la suite, l’association en question, donna des consignes radicales en expliquant qu’il était désormais strictement impossible d’accueillir des personnes sans titres de séjour en cours de validité, et qu’il revenait aux formateurs de vérifier ces documents… Démarche suivie par la majorité d’entre eux.

Cette pratique n’est malheureusement pas minoritaire au sein des organismes de formation qui n’hésitent pas  à négliger de se positionner sur ces questions éthiques afin de pouvoir se placer au mieux sur les appels d’offres, en ne froissant jamais leurs potentiels financeurs, intimement liés aux décisions politiques.

J’ai personnellement fait ce métier avec l’idée de transmettre aux migrants le souhaitant l’un des outils fondamentaux pour leur émancipation sur le nouveau territoire qu’ils arpentent. Je suis choquée de voir que cet objectif est aujourd’hui mêlé aux volontés politiques de contrôler la migration…en empêchant l’accès à la maîtrise de la langue, écrite ou orale, essentielle pour vivre et accéder à ses droits sur le territoire français…à ceux qui n’auraient pas de papiers…et à qui l’on reprochera plus tard de ne pas parler la langue du pays d’accueil après tant d’années passées en France.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Témoignages

le 6/06/2010, par Elsa Fayner

1 commentaire

  • Sébastien.M dit :

    La question de la confidentialité et du secret professionnel face à des comportements de « délation civique ».
    En mettant un adjectif à délation on minore sa portée mais il s’agit toujours d’un comportement de Juda que les auteurs de la délation dorment bien avec leur nouvelle conscience !

    Dans d’autres domaines, les commanditaires n’hésitent pas à poser des questions sans lien avec l’objectif de la formation. Il n’est pas rare dans la formation professionnelle que le client demande aux formateurs comment est tel ou tel participant.
    Il n’est pas rare dans le conseil que l’entreprise demande aux consultants quelles sont les personnes les plus fragiles.

    Comme si le comportement des joueurs dans un vestiaire était le même que sur le terrain…

    Il est à se demander si les formateurs ne vont pas devoir monter en compétence pour s’assurer de bien répondre aux financiers ou aux commanditaires pour ne pas communiquer l’information qui est sans lien avec le métier : La transmission de savoir.

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.