Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

L’amiante, cette bombe à retardement 1 commentaire

Claire Laffargue / laffargue.illu.free.fr

Marielle Dumortier est médecin du travail. Elle a également écrit Mon médecin du travail. Pour Et voilà le travail, elle tient une chronique régulière. Nouveau témoignage.

Robert est atteint d’une asbestose, une maladie due à l’amiante qui entraîne une insuffisance respiratoire.

Il y a une quinzaine d’années, la sécurité sociale me contacte pour me confier une enquête en reconnaissance de maladie professionnelle.

Ouvrier dans la maintenance des fours de cuisson

Je ne connais pas Robert, il est à la retraite depuis de nombreuses années, il était ouvrier dans la maintenance des fours de cuisson d’une usine de fabrication de matériel électrique.

L’usine a été détruite il y a plusieurs années, le site de production n’existe plus. J’obtiens la liste des salariés qui y ont travaillé à l’époque et qui ont été mutés dans l’entrepôt de stockage dont je suis désormais le médecin du travail.

Neuf employés potentiellement exposés

Il reste neuf salariés. Ils sont tous questionnés sur leurs conditions de travail dans l’usine, afin que Robert puisse être pris en charge au titre de la maladie professionnelle…

Je décide de mettre en place un suivi post exposition pour ces neuf employés qui ont potentiellement été exposés eux-aussi.

Tous acceptent les examens…

Tous acceptent et se plient régulièrement à des épreuves fonctionnelles respiratoires, une radiographie pulmonaire et un examen tomodensitométrique des poumons.

 … Sauf un

Tous, sauf Christian, qui refuse les examens. J’explique, je conseille, j’insiste… Rien n’y fait. Il m’assure faire une radiographie de temps en temps, mais ne m’apporte jamais de résultats.

En retraite, la vie est belle

Je revois Christian en novembre. Il est ravi, il part à la retraite en avril. La vie est belle.

Je lui reparle de son exposition possible à l’amiante par le passé. Je lui explique que même s’il quitte l’entreprise, il a droit à un suivi médical post exposition à l’amiante. Il me dit que justement, il y pensait.

Il finit par consulter

Je lui indique un service de pathologie professionnelle qui évaluera les examens nécessaires et leur fréquence. Il accepte, mais ne se rend pas au premier rendez-vous. Il finit par consulter.

La semaine dernière, je reçois un courrier du pneumologue.  Christian a  des plaques pleurales dues à l’amiante : des lésions de la plèvre qui provoquent des douleurs thoraciques.

Depuis il est en arrêt de travail, et présente un syndrome anxio-dépressif.

Be Sociable, Share!

Publié dans : À l'usine | Conditions de travail | Médecin du travail | Stress, santé | Témoignages

le 6/01/2014, par Rozenn Le Saint

1 commentaire

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.