Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

La démesure, jusqu’à quand ? O commentaire

lademesure8e festival de cinéma organisé par ATTAC, au cinéma la Clef, à Paris, du mercredi 17 au mardi 23 novembre 2010

Programme du festival

L’ère industrielle, commencée il y a environ deux siècles, est depuis le départ placée sous le signe du « toujours plus ». La croissance, érigée comme règle absolue par l’essor du capitalisme, a conduit à des changements d’échelles successifs qui ont changé notre rapport au monde et aux autres. Certains événements peuvent être considérés comme particulièrement significatifs des étapes franchies pendant cette période : plein essor de la colonisation/création de géants commerciaux (empires français et anglais, Etats-Unis), accélération des transports, taylorisation du travail, constitution d’empires industriels et financiers, guerres mondiales, industrialisation de toutes les productions, révolution informatique, mondialisation économico-financière/compétition à l’échelle mondiale, émergence de la Chine et de l’Inde…

Ces changements successifs d’échelle, s’ils ont apporté certains bienfaits, ont aussi produit des effets néfastes qui, pour certains d’entre eux, dépassent de loin leurs apports positifs, parfois par négligence, souvent par cupidité. Mais par-dessus tout, ils ont fait naître chez les hommes un sentiment de toute-puissance qui conduit à la démesure, le plus grave des crimes selon les philosophes grecs. Mais cette croyance dans le contrôle total n’empêche aucunement les catastrophes (AZF, vache folle, crise financière, Titanic…)

Tous les domaines sont concernés :
– finance : enrichissement sans limites, bulles spéculatives déconnectées de l’économie réelle qui peuvent déstabiliser l’ensemble de l’économie mondiale
– production alimentaire : cultures intensives, pollution à grande échelle, terres déshumanisées, aliments sans goût, OGM prétendant nourrir la planète, crises alimentaires, crises sanitaires
– Grande distribution : déshumanisation de l’échange, addiction à la consommation
– ressources naturelles : épuisement progressif, défiguration de la terre, mise en danger des générations futures
– mégapoles : concentration des populations (hygiène, difficultés de transport…)
– libertés individuelles : fantasme de la surveillance totale (caméras, drônes, repérage par les portables ou cartes électroniques diverses qui « facilitent » la vie quotidienne)
– extension du rôle de l’informatique : pouvoir démesuré de Microsoft, de Google, des fournisseurs d’accès ; règne du « toujours plus vite ou plus gros » sur des appareils toujours plus miniaturisés.
– recherches médicales : mythes de la santé universelle et de l’homme parfait et éternel
– hégémonie de l’Anglais, langue internationale, « pratique », « efficace », au détriment d’une diversité qui fonde l’espèce humaine. La démesure dans ce domaine nous ramène au mythe de la tour de Babel (les hommes punis de leur volonté d’égaler les dieux)

Conséquences essentielles de la démesure : sentiment d’impuissance, déshumanisation, mécanisation, uniformisation, compétition génératrice de conflits…

Be Sociable, Share!

Publié dans : Culture | Total

le 15/11/2010, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.