Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

La contre-visite médicale est en pleine forme O commentaire

wkrh1A l’heure où la Sécurité sociale affiche un déficit abyssal, le contrôle des arrêts de travail fait à nouveau parler de lui. Les sociétés spécialisées sur ce créneau, elles, se portent bien. Dans un cas sur dix environ, elles concluent à un abus.

La nouvelle est tombée mi-juin :

indemnités journalièresle « trou » de la Sécurité sociale flirte avec les 20 milliards d’euros. Quant aux versées aux assurés en arrêt de travail, elles auraient grimpé de plus de 6 % au premier trimestre 2009. De quoi relancer le vieux débat de la chasse aux fraudes. Le gouvernement n’a d’ailleurs pas tardé à réagir.
Eric Woerth, ministre du Budget, a, ainsi, annoncé vouloir étendre à l’ensemble du territoire français une expérimentation, lancée en mars 2008 sur une dizaine de caisses, qui autorise la Sécu à interrompre le versement des indemnités journalières après que le médecin privé dépêché par l’employeur a conclu à un arrêt de travail abusif.

1,5 million de contrôles en 2008

Les sociétés de contre-visite ont donc de quoi se réjouir alors que le marché leur était déjà favorable. En 2008, le nombre de contrôles a, ainsi, plus que doublé, passant de 900 000 à 1,5 million. Ils existent depuis la loi du 19 janvier 1978. Celle-ci, obligeant l’employeur à maintenir le salaire de ses collaborateurs en arrêt maladie via un complément aux indemnités de l’assurance maladie, lui a également donné un droit de regard sur ces absences. D’où l’existence de sociétés missionnées pour vérifier de visu l’état de santé des salariés et, donc, la validité d’un arrêt.

Lire la suite de l’article sur Entreprise & Carrières, 7/07/2009.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Actualité

le 11/07/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.