Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

La compassion ne suffit pas O commentaire

Illustration Claire Laffargue

Illustration Claire Laffargue

Marielle Dumortier est médecin du travail. Elle a également écrit Mon médecin du travail. Pour Et voilà le travail, elle tient une chronique régulière.

Clément, dessinateur dans une entreprise de conception de publicité, a eu accident de moto en janvier 2009. Il est désormais cloué en chaise roulante.
Je vois en visite médicale Alain, l’un des ses collègues de travail, qui m’explique voir régulièrement Clément dont l’état de santé est désormais stabilisé. Clément voudrait reprendre son travail, mais comment faire ? Alain me demande si je laisserai Clément reprendre son travail, il cherche des conseils. Il a parfaitement conscience que les locaux de cette entreprise sont vétustes, sans ascenseur, il sait que le fauteuil roulant de Clément ne passera pas dans les portes trop étroites, mais il m’assure que tout est organisé : il a contacté l’employeur qui est prêt à « tout faire », il a rencontré tous les collègues de Clément, tous sont d’accord pour accueillir Clément, ils se disent prêts à l’aider à faire les manipulations qu’il ne pourra pas faire, à le porter s’il le faut.
Bref, tout le monde est plein de bonne volonté et de compassion.
Je demande à voir Clément en visite de pré reprise.
Il va le mieux possible avec son lourd handicap et me confirme son grand désir de reprendre son travail. Je lui explique que cela me parait possible à condition d’aménager les locaux, il n’est pas possible de ne compter que sur la bonne volonté des collègues, il faut que Clément soit le plus possible autonome.
Il vient d’être reconnu travailleur handicapé, je contacte les organismes compétents afin d’avoir une aide technique et financière pour réaliser tous les aménagements nécessaires pour rendre les locaux accessibles. J’espère que Clément pourra reprendre son emploi très prochainement.
Je constate qu’un travailleur handicapé qui n’a pas de handicap visible aura souvent plus de mal à se faire accepter comme handicapé, alors qu’un salarié en chaise roulante attire d’emblée de la compassion. Pour beaucoup, handicap signifie encore fauteuil roulant.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Témoignages

le 15/03/2010, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.