Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

L’influence des conditions de travail O commentaire

L’objectif de cette étude est d’estimer l’impact de certaines conditions de travail sur des indicateurs de dépenses de santé et de mesurer l’effet agrégé sur les dépenses de santé de la collectivité.

Résultat :
Les conditions de travail semblent bien être à l’origine d’un accroissement des dépenses de santé, d’après nos estimations. Ainsi, nous avons montré que les trois formes de pénibilité retenues induisaient des modifications dans la consommation ambulatoire, dans la prise d’arrêts de travail et dans les hospitalisations. De plus, nous mettons en évidence un effet supplémentaire du cumul des risques professionnels sur les dépenses de santé. Selon la méthode d’estimation retenue, les individus soumis au cumul des trois risques étudiés ont entre 22,4 % et 25,1 % de consultations en plus relativement aux salariés sans exposition, entre 46,3% et 56,1 % d’arrêts de travail en plus et entre 27,2 % et 35,9 % d’hospitalisation en plus.
Dès lors, environ 3,0 % des consultations des personnes en emploi sont attribuables aux risques physiques au moment de l’enquête ; 4,4 % des consultations de ces personnes sontliées aux expositions au risque physique dans le passé. L’influence des risques physiques sur les arrêts semble essentiellement s’inscrire dans une dynamique de court terme. Ainsi, au moment de l’enquête, l’exposition au risque physique s’avère responsable de 12,7 % des arrêts de travail prescrits. Relativement aux risques physiques, les risques psychosociaux semblent tenir un rôle plus important pour expliquer la consommation médicale, quel que soit le poste de dépenses. Environ 8,7 % des consultations sont attribuables à ce risque. Il est par ailleurs responsable quasiment du tiers des arrêts de travail (31,5 %) pris au cours de deux mois consécutifs. De plus, le risque psychosocial se révèle être en cause dans l’explication des recours à l’hôpital de 12,2 % des travailleurs ayant été hospitalisés au cours de l’année.
Cette étude souligne aussi l’importance de l’impact réel du travail sur les dépenses de l’Assurance maladie. En effet, à champ comparable, les recours reconnus par l’Assurance maladie comme étant attribuables au travail sont biens inférieurs à ceux que nous venons de déterminer ; avec l’indicateur d’existence de risques (T5), les conditions de travail ont pour conséquence : 10,2 % pour les consultations ; 34,1 % pour les arrêts de travail et
19,3 % pour les hospitalisations. Selon l’Echantillon permanent des assurés sociaux apparié à l’Enquête santé et protection sociale de l’Irdes (2002-2004), environ 4 à 5 % des consultations ambulatoires annuelles sont reconnues par l’Assurance maladie comme attribuables au travail, et 12 à 13 % des personnes arrêtées au moins une fois sur une durée de deux mois l’ont été à cause d’un accident ou d’une maladie professionnelle. Enfin, environ 2 à 3% des personnes hospitalisées au moins une fois dans l’année l’ont été, selon les enregistrements de l’Assurance maladie, à cause du travail. Nous trouvons donc un effet important de la minoration de la prise en compte des conditions de travail dans les dépenses de l’Assurance maladie.
Cette sous-estimation a donc comme conséquence un transfert des charges entre les ménages et les entreprises. La branche des accidents du travail devrait en effet rembourser ces dépenses et est  uniquement financée par les cotisations patronales, alors que la branche maladie, financée par les ménages et les entreprises, l’est de plus en plus par les ménages. Dès lors, la compensation calculée par les prochains « Rapports Diricq » pourrait s’appuyer sur de telles analyses pour prendre en considération cette sous-estimation.
De plus, l’ensemble de ces résultats met en évidence l’intérêt de favoriser l’efficacité du système de prévention des risques professionnels et peut être utile à la réflexion sur les dispositifs de prévention des risques professionnels aujourd’hui en place et la construction de nouvelles mesures.

Lire l’étude L’influence des conditions de travail sur les dépenses de santé, Thierry Debrand (Irdes)

Be Sociable, Share!

Publié dans : Conditions de travail

le 23/06/2011, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.