Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

« J’ai une nourrice super, un travail super, je suis super organisée » 8 commentaires

Marielle Dumortier est médecin du travail. Elle a également écrit Mon médecin du travail. Pour Et voilà le travail, elle tient une chronique régulière. Nouveau témoignage.

Audrey est  secrétaire dans un grand groupe international.  Elle vient en visite de reprise du travail après un congé maternité.

Cette jeune femme se montre enjouée, fait de grands gestes avec son écharpe, parle beaucoup de son bonheur de reprendre le travail, me dit à plusieurs reprises que tout va très bien, que les travaux réalisés dans l’entreprise sont super, qu’elle est super organisée, que son mari l’aide, qu’elle a une nourrice super qui accepte de garder son fils même tard le soir, et même le samedi.

Je lui demande si son travail lui plaît. « Oui c’est super, j’ai un nouveau challenge », me répond-t-elle en riant trop fort. Je lui demande de m’expliquer en quoi consiste exactement sa mission, si elle va devoir faire des déplacements, où se situe son bureau. Elle me répond agacée, comme si son travail ne devait pas intéresser le médecin du travail. Je sens qu’elle ne veut pas que je pénètre sur ce territoire. Je respecte cela, mais je sens que cette femme ne va pas si bien qu’elle veut me le faire croire.

Je décide donc de quitter le champ du  travail et d’aller vers sa santé. Je l’interroge sur son accouchement, et sur ses suites de couches. Je lui demande comment va son enfant. Elle me regarde alors les yeux plein de larmes. Je pressens que son enfant est malade, je lui pose la question. En sanglotant elle me répond qu’elle attendait des jumeaux et qu’un de ses enfants est mort à la naissance.

Avec compassion et empathie je continue notre conversation. Tout à coup, dans un cri plein de sanglots, elle  me lance « et en plus, et en plus », elle répète ces mots plus doucement puis en les murmurant  comme si les mots ne pouvaient plus sortir. Elle est comme sidérée.

Je la laisse évacuer toute cette émotion. Puis en regardant ses mains qu’elle tord, elle m’explique que son chef lui a téléphoné le lendemain de son retour de la maternité. Audrey pensait avoir des paroles de circonstance. Et bien pas du tout. Il lui a signifié qu’il avait entrepris des démarches auprès de la sécurité sociale: « puisque vous n’avez qu’un enfant pas besoin de repos pour jumeaux ! ». Et il lui donnait même sa date de reprise de travail. Il proposait à Audrey de lui donner le solde de ses congés payés après son congé maternité.

Elle m’explique dans un premier temps n’avoir rien compris à ce discours inopportun. Ce n’est que deux jours plus tard, quand une de ses collègue passe la voir et lui dit combien tout le bureau trouve le comportement du chef vraiment inhumain, qu’Audrey comprend que son chef lui  « refuse » le congé pour gémellarité.

Audrey dit  «  c’est comme si mon fils était mort une deuxième fois ». « Cet homme est lui-même père comment a-t-il pu me faire ça? Il n’a rien dans le cœur ». « Je ne pourrai jamais lui pardonner, il m’a fait trop de mal ».
Le mari d’Audrey fera les démarches nécessaires auprès de la sécurité sociale pour qu’Audrey puisse bénéficier de l’intégralité de son congé maternité.

Je demande à Audrey comment elle envisage le travail avec ce chef. Elle me dit qu’elle n’a pas le choix, que cet homme est un monstre, qu’elle a envie de lui sauter dessus quand elle le voit. « Je n’ai pas le choix, je dois travailler, j’ai bien pensé donner ma démission, mais je ne peux pas, j’ai un crédit sur le dos… »

Dans l’immédiat,  je ne laisse pas  Audrey reprendre son travail, et  demande un changement de service. Audrey me regarde, tout étonnée: « je ne savais pas qu’un médecin du travail pouvait m’aider et demander un changement de poste »

Be Sociable, Share!

Publié dans : Médecin du travail | Témoignages

le 18/08/2011, par Elsa Fayner

8 commentaires

  • Philippe dit :

    C’est vrai, on ne connait pas suffisamment les médecins du travail. Ils ont un rayon d’action plus important qu’on ne l’imagine. L’une d’entre eux m’a bien aidé lorsque mon employeur (une grande surface) m’a véritablement harcelé. Merci à eux !

  • Toute proportion gardée, ça me rappelle mon patron, imprimeur à Muret, quand il m’avait appelé sur mon lit de douleur, bloqué à l’hôpital par un calcul rénal, pour savoir si je comptais revenir bientôt à mon poste.
    Pfff…

  • […] This post was Twitted by Erhbd […]

  • […] J’ai une nourrice super, un travail super, je suis super organisée, et en plus, et en plus .. » http://t.co/vgN9y4Y via @marijoTBatlle & […]

  • Working Mama dit :

    Ce récit est effarant. Comment a-t-on pu laisser le monde du travail se dégrader à ce point? Comment a-t-on pu tolérer autant de déshumanisation au sein de l’entreprise?

    Comment a-t-on pu en arriver là?

    Bravo en tout cas Marielle pour avoir su déceler ce qui se cachait sous le masque de cette jeune femme. Et de l’avoir sauvée, quelque part.

  • ghodbane dit :

    La cpam pense toujours à surveiller et à faire payer le salarié, pourtant il me semble que pour combler le trou de la sécu, il serait intéressant de distribuer de fortes amendes aux employeurs chez lesquels les arrêts maladie, les suicides et les dépressions sont nombreux… Les absences nombreuses sont justifiées les 3/4 du temps!

    Le salarié est puni lorsqu’il détruit son outil de travail, l’employeur doit payer lorsqu’il détériore ses ressources humaines et cela d’autant plus que ces ressources ne lui appartiennent pas.
    Cordialement

  • Pierre dit :

    Merci pour cet article.
    Avez vous prévu de rencontrer le chef en question ?
    Il doit bien y avoir des motifs expliquant son comportement, il a peut être aussi besoin de changer de poste ou de prendre un congé.

  • Madame PATATE dit :

    Bonjour,

    Je suis consternée par ce témoignage que je viens de découvrir, même si je suis plutôt désabusée. Force est de constater que les femmes, futures mamans, sont maltraitées dans la majorité des cas. Qui n’a pas eu le droit à ETRE ENCEINTE !!! ou à ça ne m’arrange pas, tu aurais pu prévenir !!!
    Nous sommes encore en France à l’âge de pierre…

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.