Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

« J’ai été insultée, car je ne m’étais pas portée volontaire » 1 commentaire

Le 10 août 2009 était adoptée la loi sur le travail du dimanche. Corinne (1), 38 ans, dirige un magasin de prêt-à-porter. Et, dans sa ville, on ne travaille pas le dimanche.Témoignage.

J’ai travaillé comme chef de rayon durant cinq ans, dans la grande distribution. Je travaillais le dimanche, j’étais célibataire, je débutais. J’avais la passion de mon métier, j’avais envie de prouver à mon employeur que ça valait la peine de me garder. Et puis, dans la grande distribution, on n’avait pas tellement le choix, on ne me demandait pas vraiment si j’étais volontaire pour venir le dimanche. C’était le début de ma carrière, ça allait. Mais maintenant, je suis mariée, j’ai des enfants. La situation n’est plus la même. Depuis 1995, je dirige à Cholet un magasin de prêt-à-porter, qui appartient à une chaîne. Le maire de la ville refuse l’ouverture des magasins le dimanche. C’est une chance énorme.
Cela dit, le même problème se pose pour les jours fériés. Récemment, j’ai refusé de venir un jour férié. J’ai été menacée et insultée par ma direction, car je ne m’étais pas portée volontaire, et que je n’avais pas fait pression sur les salariées pour qu’elles viennent. Mais je ne peux pas forcer les femmes de mon équipe à travailler ce jour-là. Certaines sont divorcées, ou leur mari fait les 3-8. Il leur faudrait trouver une assistante maternelle qui accepte de travailler elle aussi un jour férié, et tout le salaire gagné ce jour-là y passerait…
Si jamais le maire de Cholet part, ou s’il se soumet à la pression, nous devrons travailler le dimanche. Je travaille déjà le samedi. Mon mercredi doit être férié, mais les horaires changent souvent dans le commerce. Le dimanche, c’est mon seul repère stable. C’est le seul jour que je peux passer avec mes enfants et mon mari, qui travaille lui aussi le samedi. J’ai besoin de cet oxygène pour me ressourcer. Si je le perds, je suis perdue dans la semaine.

Propos recueillis par Elsa Fayner

Vous souhaitez témoigner? Écrivez-moi.

(1) Le prénom a été modifié, à la demande de l’intéressée.

Pour en savoir plus sur le travail dominical.

Be Sociable, Share!

Publié dans : 35h, retraites: temps de travail | Au magasin | Témoignages

le 12/08/2010, par Elsa Fayner

1 commentaire

  • Martin dit :

    Je me souviens, il y a quelques années, d’une émission tv sur l’ouverture des magasins le dimanche. Il y avait entre autre Michelle Commergnat de la fédération commerce de la CGT et Arlette Laguillier.
    Michelle et Arlette soutenaient mordicus la fermeture des magasins le dimanche. Mais à la question : actuellement si un magasin est ouvert le dimanche y entrez vous y faire vos courses ?
    La surprise c’est qu’Arlette y répondit positivement. Ca ne lui psait aucun problème. Depuis, dégouté, je n’ai plus jamais voté L.O.

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.