Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Intérimaires pros, et intérimaires jetables O commentaire

cnrsCe document de travail présente une analyse du secteur de l’intérim en France, à partir des règles qui l’encadrent, et des caractéristiques des entreprises et des intérimaires. La dynamique très favorable du secteur pendant les 15 dernières années s’est accompagnée d’une dynamique de concentration pour les plus grandes entreprises, qui n’a cependant pas fait disparaître les petites agences spécialisées, ce qui entraîne une segmentation accrue. On retrouve ce type de phénomène au niveau de la population des intérimaires, avec l’apparition d’un intérim spécialisé et qualifié, parallèle au maintien de l’intérim industriel comme outil de flexibilité massif. Globalement, malgré ces tendances récentes, l’intérim demeure par ailleurs synonyme d’une rémunération globale faible, compte tenu des interruptions nombreuses entre les missions ou du temps partiel, de conditions de travail difficiles, et d’un accès à la formation se limitant le plus souvent à des formations courtes d’adaptation.

Lire « L’intérim : un secteur dual, entre protection et précarité », C. Erhel, G. Lefevre et F. Michon, Centre d’Economie de la Sorbonne, Paris, Document de travail, n° 2009.14, 52 p., (2009).

Également, une conférence le 31 mars 2009 sur le sujet, « Interim Economic Outlook for major world economies », dans les bureaux de l’OCDE à Paris.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Contrats de travail | Entreprises | Intérim | Marché du travail

le 25/03/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.