Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Impunément, travailler tue 2 commentaires

lemondeSinistres mais révélateurs, les suicides à France Télécom ne doivent pas devenir l’arbre qui cache la forêt. Car depuis des dizaines d’années, des salariés meurent deux fois. Physiquement, puis symboliquement. Ils meurent car ils travaillent. Ensuite, ils meurent du silence et du mépris ; de l’absence de reconnaissance pénale, médicale et publique, des causes professionnelles de leurs décès. (…)

Dans les faits, seuls les lampistes paient, les procédures sont fréquemment classées sans suite et les indemnisations sont dérisoires. Une telle impunité conduit à juger négligeable le coût des impératifs de prévention des risques. Une convocation au pénal des entreprises reconnues fautives (assortie de réparations financières dissuasives) inciterait peut-être à plus de prudence. Puisque seul intéresse le porte-monnaie !

Lire la tribune signée :

Eric Beynel, porte-parole national de l’union syndicale Solidaires,

Charles Hoareau, CGT Marseille,

Noël Mamère, député (Gironde, Verts),

Willy Pelletier, sociologue, coordinateur général de la Fondation Copernic,

Christiane Taubira, députée (Guyane, Parti radical de gauche).

Pierre Laurent, coordinateur général du PCF.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Actualité | Entreprises | Stress, santé

le 25/09/2009, par Elsa Fayner

2 commentaires

  • Saadi dit :

    La corde au cou( l’ abonné ) le serpent qui se mord la queue ( le système mis en place chez F T et tant d’ autres opérateurs de téléphonie)
    il ne vous reste que la procédure » escalade » pour peutêter vous en sortir. Savez- vous que l ‘ expression est utilisée par les opérateurs France Télécom eux- même pour signifier l’ intervention d’ urgence face aux laisser allers à répétition de signalisation d’ un dysfonctionnement que vous auriez faits à plusieurs reprises mais qu’ il vous sera impossible de retracer ni de prouver. Conclusion le serpent s’ étouffe petit à petit et meurt.
    Je m’ explique : vous parlez aujourd’ hui des suicides chez France Télécom qui s’ expliquent beaucoup par le stress des employés .
    Croyez – vous supportable d’ assumer à la fois la pression d’ une direction qui ordonne de garder coûte que coûte une image belle d’un serpent qui se mord la queue et celle de clients insatisfaits de situations absurdes et tout cela en feignant de n’ être absolument pas « un pion »dans ce système absurde qui s’ étouffe lui même?
    Certes beaucoup d’ entre eux paient et se taisent mais d’ autres refusent .
    Combien ? très peu.
    Les clients abonnés c’ est à dire un pourcentage énorme de la population française se trouvent pris au piège d’ un abonnement qui leur « change la vie » insatisfaits quand ils se plaignent d’ un dysfonctionnement ils se retrouvent face à ce serpent qui se mord la queue.
    Je vous éclaire si votre ligne téléphonique présente un dysfonctionnement France Télécom ne pourra rien faire pour vous si vous appelez d’ une autre ligne.Le numéro d’ appel est enregistré et l’ opérateur technique ne pourra agir que sur la ligne de laquelle vous appeler qui elle ne présente aucun dysfonctionnement.
    A force de se taire face à l’ absurdité .. on perd même jusqu’ à la valeur de sa propre vie .Evidemment.

  • Saadi dit :

    Echec:
    Nous ne sommes plus dans la dicton : « le client est Roi » mais »le client est Pion ».L’ employé a évidemment la même valeur que le pion si ce n’ est moins que le pion mais vous me direz aux échecs la plus petite pièce est un « pion ».
    L’ employé n’ a même pas la possibilité de biaiser comme le fou ni face à sa direction ni face au client il est pris comme un dans un étau qui se resserre jusqu’ à l’ étouffer.

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.