Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

« Il dit que s’il n’est pas cariste, il risque de perdre son boulot » O commentaire

mainkiecrit3

Chronique de Marielle Dumortier, médecin du travail, auteure de Mon médecin du travail.

Je vois Fathi en visite d’embauche, mi-novembre, pour un poste de magasinier cariste.
C’est un grand jeune homme de 25 ans qui semble en pleine forme : il mesure 1m92, pèse 85 kg, n’a jamais été malade, ne prend aucun médicament, joue au football tous les dimanches, va régulièrement à la piscine. Il ne comprend pas du tout pourquoi il vient à la visite médicale, me dit que ça ne sert à rien, qu’il a travaillé ailleurs sans visite médicale…

« Si ça peut vous faire plaisir »

Il râle beaucoup, accepte de donner des urines. « Si ça peut vous faire plaisir », dit-il sarcastiquement à ma secrétaire.
Son analyse d’urines révèle la présence de sang.
J’examine Fathi, sa tension artérielle est un peu élevée, il a 15/9, je pense que cela est dû à son agacement à venir passer sa visite médicale.
J’explique à ce difficile patient que je ne peux pas lui donner une autorisation de conduire un chariot automoteur avec des chiffres tensionnels aussi élevés, je fais un courrier à son médecin traitant lui demandant de bien vouloir vérifier la tension artérielle et l’analyse d’urines.
Pour que Fathi puisse travailler je le mets apte à son poste de manutentionnaire, et précise que l’aptitude cariste est en attente.

Il va très bien et je l’enquiquine

Je revois ce salarié deux mois plus tard. Après plusieurs rendez-vous non honorés, son employeur a cette fois ci exigé qu’il se présente à ma consultation.
Fathi n’a pas consulté son médecin, est toujours très énervé, me dit que je lui porte tort, que, s’il n’est pas cariste, il risque de perdre son boulot etc.
Sa tension artérielle est toujours à 15/9 et il y a toujours du sang dans ses urines.
Je passe beaucoup de temps avec ce jeune homme rebelle afin de lui expliquer les enjeux pour sa santé. Il ne cesse de me dire qu’il va très bien et que je l’enquiquine….

Arrêt de travail

J’apprends en février par l’entreprise que Fathi est en arrêt de travail.
Je le revois la semaine dernière en visite de reprise, il a un grand sourire et me dit « c’est bon, vous aviez raison »
Après notre dernière entrevue Fathi a consulté son médecin, qui a fait un bilan, à la suite duquel Fathi a été hospitalisé pour une maladie des reins, on espère que, diagnostiquée précocement et correctement traitée, cette pathologie n’évoluera pas vers une insuffisance rénale.
Fathi est désormais soigné, il semble accepter le suivi médical et avoir compris que c’est le prix à payer pour ne pas avoir un jour à être sous dialyse rénale.
J’ai mis Fathi apte à être cariste et à tous les postes de travail, mais le reverrai régulièrement.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Au magasin | Témoignages

le 22/03/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.