Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

France Télécom: « j’ai bien failli faire partie de leurs victimes collatérales » 1 commentaire

« Si toutefois un se lève il est immédiatement rappelé à l’ordre par ses supérieurs ou tout simplement massacré par ses égaux : tu vas nous attirer des enmerdes », écrivait Rémy L, avant de s’immoler par le feu sur le parking de son entreprise, France Télécom. Un ancien cadre a réagi et envoyé à la presse cette lettre, qui illustre le mouvement de stérilisation qui a cours à FT depuis environ cinq ans. La controverse n’est plus possible.

« Je ne souhaite pas jeter la pierre à Stéphane Richard, notre PDG actuel car il n’est pas là depuis bien longtemps, on l’a certainement mal renseigné sur les pratiques de ses prédécesseurs ou plus simplement n’a-t-il pas voulu voir… On ne remédie pas à l’horreur par des « salles de convivialité »…
Je ne crains pas les criminels, on sait qu’ils peuvent tuer par intérêt, par amour propre ou seulement par vanité ou cruauté. Mais ceux qui nous minent et nous laminent aujourd’hui sont des gens, avec des noms, des grades et des fonctions, qui ont été placés là pour accomplir une tâche et ils n’ont pas failli: l’élimination des vieux fonctionnaires, des syndicalistes, de ceux qui se battent pour leur dignité, de ceux qui croient en une égalité et une équité devant le pouvoir de l’argent roi, de ceux qui considèrent leurs abonnés, leurs clients comme des êtres humains et non comme des poires à jus, de ceux qui pensent que dans une société civilisée il y a des règles, des droits et des devoirs et que chacun doit s’y tenir pour une coexistence pérenne et sereine.

Aujourd’hui, nous et surtout sa famille, pleurons une nouvelle victime. Quelle abomination, s’immoler par le feu dans l’enceinte de sa propre entreprise. Comment une organisation peut elle générer un tel désastre et une telle horreur et où sont les coupables de cet infâme résultat ? Paieront ils un jour?

Je me permets humblement d’en parler car j’ai bien failli faire partie de leurs victimes collatérales.

«Seigneur, pardonnez leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ! », non surtout « Seigneur, ne leur pardonnez pas car ils savent très bien ce qu’ils font !! » Et je ne suis pas croyant.

Déchu de mon poste de chef d’équipe sans raison, sans justification et injustement, je fus placé en isolement , humilié, dans un bureau où personne ne pensait seulement à venir me dire bonjour, remisé comme un vieil ustensile dans un placard, au bout d’un couloir avec comme seule vue sur le monde un escalier de secours en haut d’un bâtiment de 4 étages. Combien de fois ai je pensé à sauter… Je ne servais plus à personne et j’encombrais la société France Télecom. Plus de bonus, plus d’augmentation de salaire. En vue, une seule et unanime volonté managériale, l’élimination….

Il est vrai que j’étais un criminel passible d’isolement et de remise à niveau, cadre et élu sur une liste CGT, en qualité de trésorier, c’était devenu intolérable. Heureusement, un infarctus est venu à l’aide de la grande et belle société France Télecom.

Qu’on ne me parle plus d’atteinte à la liberté d’expression et au simple droit en Chine ou ailleurs, cela existe bel et bien chez nous, j’attends toujours la compassion des Gluksman, Ménard et autre Bernard Henri Levy
Je ne souhaite ni ne veux que l’on s’atermoie sur mon sort, lorsque l’on est combattant pour la justice et l’équité, pour le droit, la dignité et la transparence on sait que l’on s’expose au courroux des revanchards et arrivistes de tout poil.
Mais par pitié, ou simplement par humanité, qu’on arrête de s’acharner sur des salariés qui ne demandent qu’à servir proprement, honnêtement, avec leur cœur, leurs compétences et leur courage une société, des services qu’ils ont aidé à mettre en place et à faire évoluer.

Tout le reste relève de la criminalité, de la volonté de nuire et de la malfaisance ».

JOEL PERON, ex responsable d’équipe chez France Télécom et aujourd’hui magasinier

Pour aller plus loin

  • Tous les articles du blog sur France Télécom
  • En 2009, Rémy L., qui s’est immolé par le feu, envoyait une lettre à sa DRH, chez France Télécom. Lire la lettre. Elle est confuse, difficilement compréhensible. « Mais on imagine le traitement par la suite… Son « cas » a du être traité par des cellules d’écoute et autres dispositifs. Les incohérences de sa lettre et ses antécédents de « harcelé » ont du conduire à le considérer comme une personnalité fragile », devine un ancien médecin du travail de l’entreprise. « Si seulement on avait soutenu son élaboration pour lui permettre de défendre son point de vue et rendre compréhensible sa lettre on aurait, peut-être, évité ce drame ».
Be Sociable, Share!

Publié dans : France Télécom | Témoignages

le 12/05/2011, par Elsa Fayner

1 commentaire

  • giudicelli dit :

    bonjour joel !
    bravo pour votre courrier, vous devriez, comme moi l’envoyer à Nicolas Sarkozy, a Xavier Bertrand et a Alain juppé, le tout avec accusé de réception. Voici ma lettre:

    « LETTRE OUVERTE D’UN SUICIDÉ EN SURSIS

    Monsieur le Président

    J’étais hier aux obsèques de Mr Rémy Louvradoux, cet employé de France Telecom qui s’est immolé sur son ancien lieu de travail… mes larmes ont coulées et mon émotion était infinie, je me suis vue à la place de cette épouse, si digne soit elle, mais dont la douleur transpirait par tous ses pores. J’ai pu sentir aussi la révolte de ce fils, la peine immense de ce frère terminant son hommage en sanglots, la solidarité de ces collègues.
    Mr Louvradoux se sera suicidé, en notre nom à tous, en état de légitime défense.

    Je vous ai déjà fait part de ma détresse, des difficultés de mon mari avec France Telecom. Je vous ai écrit pour vous livrer mon sentiment sur la vague de suicide au sein de ce groupe. M’a-t-on écoutée, m’a-t-on entendue ?
    Je pense que Le meurtre parfait est de pousser l’autre au suicide.
    Un directeur exécutif de France Telecom a dit à mon mari : « tu as choisi la voie juridique contre le groupe, on fera durer, nous avons les cabinets d’avocats pour ça et je vais te broyer ! »

    Aujourd’hui, nous sommes rendus à l’état de rebus de la société, ne pouvant même plus subvenir aux besoins de nos 3 enfants. Le RSA et les Restos du cœur ! des centaines de CV envoyés chaque jour que Dieu fait, une expulsion de notre logis bientôt, et le pire, Monsieur le Président, c’est cette douleur morale qui est la plus cuisante,c’est pour nous de nous sentir isolés du reste des hommes, de nous sentir inutiles… incapables de nous faire entendre… De trouver porte close à nos appels au secours…
    Je suis une mère, Mr le Président, et j’ai mal pour mes enfants…
    Ne seriez vous pas en colère de vous retrouver dans cette situation à cause d’un employeur indélicat ?

    Il ne nous reste que deux attitudes :
    Nous résigner ou nous révolter, mais l’indifférence qui nous est infligée est étouffante et nous brise au lieu de nous aider à nous révolter.

    Mr le Président, Je ne suis pas sûre que vous lisiez mon courrier, je ne suis plus sûre de rien. Mais je demande à la personne qui le lira, de m’entendren d’entendre la détresse des hommes et des femmes de ce pays.
    D’un geste symbolique, je vous remets ma carte UMP, car je ne suis plus sûre de mes opinions politiques, je ne peux cautionner ces valeurs « anti-humaines » et dénuées de cœur.
    Vous trouverez également mes différents courriers envoyés il y a quelques mois. Un résumé de notre histoire si laide, mais si banale !

    Recevez, Monsieur le Président, tous mes respects »

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.