Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Faut-il craindre la « lean production »? O commentaire

Le « lean », une doctrine en vogue

par Fabrice Bourgeois

Le lean manufacturing, ou lean production, peut se traduire en français par « production maigre ». C’est un mode de gestion de la recherche de la performance optimale dans un contexte de demande changeante. Le lean se présente comme l’alternative au modèle taylorien, conçu, lui, pour un mode de production de masse, stable. L’entreprise en attend une grande souplesse, par une capacité à reconfigurer en permanence ses processus techniques, organisationnels et son management. Le modèle Toyota, initié dans les années 1970 au Japon, est la référence copiée par de plus en plus d’entreprises en France.

Résumer le lean est difficile et trompeur. La chasse au gaspillage en est une caractéristique importante, à l’origine de nombreuses tensions sociales sur ce qu’il convient de qualifier d' »opérations de travail inutiles ». Mais le lean est fait de beaucoup d’autres applications, dont la cohérence suppose l’existence d’un mode de pensée, d’une doctrine. Si des applications sont visibles dans les entreprises depuis les années 1990, c’est cette adhésion à la doctrine qui gagne du terrain aujourd’hui. Son développement est troublant. Cette doctrine affiche une autocritique de la pensée taylorienne, à qui elle reproche de nier la créativité des opérateurs et de favoriser un pouvoir outrancier des fonctions supports. Mais, par ailleurs, elle stimule des convictions nouvelles sur les conditions de la performance, pas forcément partagées par les opérateurs qui ont à les mettre en oeuvre, comme si leur créativité était toujours au mieux incomprise, au pire ignorée.

Faut-il la craindre?

Entretien avec Alexandre Morais, responsable de l’ergonomie industrielle au sein du groupe PSA-Peugeot-Citroën. Il préside la commission Afrique subsaharienne de la Société d’ergonomie de langue française (Self)
et Fabien Gâche, délégué central CGT du groupe Renault et membre de la commission exécutive de la Fédération des travailleurs de la métallurgie CGT (FTM-CGT). Il a piloté pour le syndicat CGT Renault une recherche-action sur l’intensification du travail
Propos recueillis par François Desriaux
Santé & Travail n° 072 – octobre 2010

Lire l’article

Be Sociable, Share!

Publié dans : Organisations du travail

le 13/02/2011, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.