Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Faire du nettoyage un travail comme les autres O commentaire

terraecoLe secteur de la propreté est souvent synonyme de précarité : temps partiel, horaires de nuit, image dévalorisante… Mais des initiatives se multiplient pour faire évoluer le métier en généralisant les plages horaires « normales ». Une mesure qui va bien au-delà de l’aspect social.

« Je m’appelle Nathalie, j’ai 42 ans je travaille 13 heures par jour. Le matin je commence à 5h30 dans le nettoyage, puis je travaille dans la restauration et enfin encore du nettoyage jusqu’à 20h30. » Des témoignages comme celui-ci, on pourrait en recueillir des milliers. Car, comme l’explique Michel Plassart, directeur d’ADC Propreté, « la norme dans le secteur c’est 5h-8h le matin et 18h-22h le soir« . Les salariés cumulent donc les inconvénients des horaires décalés, fragmentés et du temps partiel. Une faible amplitude horaire à laquelle la moitié d’entre-eux tente de remédier en multipliant les petits boulots. Avec toutes les conséquences que l’on imagine en terme de vie sociale et familiale…

A Nantes, sept membres du Syndicat des entrepreneurs de nettoyage de la région Ouest (Senro) et huit de leurs clients (Le Conseil régional des Pays de la Loire, le Conseil général de Loire-Atlantique, Nantes Métropole, la ville de Nantes, la ville de Rezé, EDF, la Semitan et la Cité des Congrès) ont décidé de s’associer pour en finir avec cette situation. Le 23 juin dernier, ce processus a abouti avec la signature d’une charte qui les engage à mettre en place une démarche de travail en journée.

Lire la suite de l’article de Julien Vinzent sur TerraEco.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Un peu partout

le 16/07/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.