Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Face à la crise, 8 Français sur 10 envisagent de se reconvertir 3 commentaires

lejournaldunet83 % des Français envisagent une reconversion en cas de licenciement ou de crise, selon un sondage Ipsos pour l’Association nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa) publié lundi. Une étude qui bouleverse les idées reçues du salarié français immobiliste. La reconversion « concerne plus particulièrement les plus modestes et les moins diplômés », note l’Afpa.

Retrouver les résultats complets du sondage, sur le site de l’Afpa.

Lire la suite sur le site du Journal du Net.

Lire Les salariés français prêts à se reconvertir, sur France 5 Emploi.

Comment se reconvertir?

  • Toutes les infos sur le site de l’Afpa.
  • Votre Conseil régional ou votre Conseil général propose certainement des aides à la reconversion, n’hésitez pas à les contacter.
  • La région Picardie, dans le cadre du dispositif « Former plutôt que chômer », soutient par exemple les salariés d’entreprises en difficulté : 0 800 02 60 80
  • En Dordogne, la Plate-forme d’Accompagnement des Mutations Industrielles (PAMID) propose cinq actions, dont l’accompagnement à la reconversion de salariés dont les emplois sont menacés : 05 53 46 66 27.
  • La Région Franche-Comté a initié début 2009 « Compétences Plus », qui permet aux salariés en chômage partiel de se former. Renseignements auprès des centres Afpa.
  • la Région Lorraine, fortement touchée par la crise du textile, a créé de son côté la Plate-forme des transitions professionnelles pour accompagner les reconversions
  • Il est également désormais possible de « tester » un métier, quelques jours durant, pour savoir s’il correspond à vos attentes. Avec ViaMétiers, 01 75 43 69 10. Savoir Faire et Découverte, 02 33 66 74 67. Ou encore Peradequa.
  • Sans oublier les formations habituelles (CIF, DIF, VAE). Et, nouveauté, la préparation opérationnelle à l’emploi (POE), formation pour les demandeurs d’emploi susceptibles d’occuper un poste proposé par Pôle Emploi.
Be Sociable, Share!

Publié dans : Insertion professionnelle

le 14/05/2009, par Elsa Fayner

3 commentaires

  • minette dit :

    je tien a donner mon accord total , l’article est tout t’ a fait geniaux ;)
    Sur se la bise au chat ;)

  • La proportion de salariés souhaitant se reconvertir en cas de licenciement est impressionnante. Est-ce à dire que les secteurs professionnels sondés ne sont plus pérennes ou que 80% des salariés n’aiment pas leur métier ?

  • Elsa Fayner dit :

    Dans ce sondage, il a d’abord été demandé « Pourriez-vous envisager dans les douze prochains mois de changer de métier ou de secteur d’activité? ». 32% des sondés ont répondu par l’affirmative.

    Pour les 68% qui ont répondu par la négative, les éléments qui leur feraient changer d’avis sont, par ordre d’importance, mais avec peu d’écarts:
    L’impossibilité d’évoluer dans leur carrière actuelle
    L’impossibilité d’obtenir une meilleure rémunération dans leur secteur actuel
    Un accompagnement personnalisé dans le parcours de la reconversion
    La révélation du métier pour lequel ils sont réellement faits
    Des raisons familiales ou géographiques
    L’arrivée de la crise dans leur secteur d’activité ou dans leur entreprise
    L’envie de changement
    Des aides financières à la formation.
    En revanche, la pénibilité des conditions de travail actuelles vient bien après dans la liste des motivations à la reconversion.

    Enfin, c’est 80% de ceux qui n’envisagent pas de reconversion actuellement qui pourraient changer d’avis et envisager de se reconvertir s’ils apprenaient qu’ils sont certains d’être licenciés dans les prochains mois.

    Le sondage est téléchargeable sur cette page.

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.