Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Le temps du remue-ménage. Conditions d’emploi et de travail des femmes de chambre 1 commentaire

Sociologie du travailLe travail à temps partiel est exercé en France à 80% par des femmes. Il est devenu un marqueur fort d’un clivage entre les genres au travail. Ces inégalités peuvent s’expliquer par la ségrégation entre les emplois masculins et féminins : les femmes travaillent à temps partiel, parce que cette forme d’emploi s’est développée dans des secteurs féminisés. Les différences de sexe sont alors attribuées au fait qu’hommes et femmes n’occupent pas les mêmes emplois. Notre enquête empirique va plus loin : elle met en lumière des inégalités, des disparités et des clivages, entre les femmes elles-mêmes et, plus encore, entre des femmes qui font un même travail.
Ce qui est fondamental ici, c’est que le temps de travail fige et amplifie un autre processus de dérégulation et de précarisation du travail et de l’emploi : la sous-traitance. Temps partiel et sous-traitance poursuivent en effet un même but : la flexibilité, l’adaptation au plus près du marché via la rationalisation du travail et la compression des coûts de production.
Ces clivages ont provoqué un mouvement de grève, mouvement dont l’analyse permettra de mettre en lumière certains rapports sociaux qui traversent l’entreprise ainsi que les enjeux invisibles du travail et de l’emploi de ces travailleuses de l’ombre.

Lire l’étude Le temps du remue-ménage.

L’auteure:

Responsable de l’Observatoire des emplois de la famille à la Fepem (Fédération nationale des particuliers-employeurs), Isabelle Puech a obtenu le premier prix au concours 2003 du jeune auteur organisé tous les ans par la revue Sociologie du travail pour son article « Le temps du remue-ménage. Conditions d’emploi et de travail des femmes de chambre ». Sociologie du travail, avril-juin 2004, 46, n° 2, p. 150-167.

Pour aller plus loin

Be Sociable, Share!

Publié dans : 35h, retraites: temps de travail | Actualité | Au resto, à l'hôtel | Stress, santé

le 22/05/2011, par Elsa Fayner

1 commentaire

  • temps dit :

    Ou commence le travail ? ou commence la servitude ?
    Si la limite fut en 1793 donnée entre travailler pour vivre et vivre pour travailler, il est des faits de société qui ne trompent pas (en exemple le médecin du travail payé par l’employeur, …) sur les possibilités d’être un humain aujourd’hui. Est-ce que l’état de propreté d’un abattoir change vraiment l’issu final de la grande majorité de ce qui aurait pu être les hommes de ce pays ?
    Cordialement

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.