Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Emploi: des remèdes au compte-goutte 2 commentaires

Photo: Cédric Faimali / collectifargos.com

Nicolas Sarkozy annonçait du travail pour ceux qui en voulait, la hausse du pouvoir d’achat, des réformes radicales. Bilan d’une année de politique de l’emploi bien timide pour un pays en crise.

Près d’un actif sur dix se trouve au chômage au premier trimestre 2011. Plus généralement en France métropolitaine, 3,4 millions de personnes ne travaillent pas mais souhaitent travailler. Et plus de 5% des actifs occupés souhaiteraient travailler plus, selon les derniers résultats de l’Insee. Le temps partiel représente 17% des emploi, l’intérim 2 % de l’emploi et les CDD 9%.

Nicolas Sarkozy proposait en mars 2005, lors de la convention UMP consacrée aux questions sociales, de « permettre à ceux qui veulent gagner plus de travailler plus ». Qu’a-t-il fait pour eux cette année ?

Heures sup’ défiscalisées: des emplois en moins

Une fois élu, Nicolas Sarkozy a mis en place la mesure phare du quinquennat, en terme de symbole, et de budget. Un dispositif qui exonère les employeurs des cotisations sociales sur les heures au-delà de 35 par semaine (ou 1607/an) et les salariés à la fois des cotisations sociales et de l’impôt sur le revenu. Une heure supplémentaire d’un nouveau genre qui rapporte entre 20% et 45% de plus aux travailleurs volontaires, sans oublier que leur enrichissement va entraîner la hausse de l’emploi. Le dispositif est adopté en août 2007 dans le cadre de la loi Travail emploi pouvoir d’achat (Tepa). Mise initiale: 4,4 milliards d’euros pour les finances publiques. Pour quels résultats?

  • le dispositif doit permettre l’apparition de 120 000 emplois, calcule l’institut Rexecode : 70 000 seraient générés par l’augmentation de la population active (le travail mieux rémunéré motive davantage de personnes) et 50 000 autres proviendraient de la baisse du coût moyen du travail, puisque des heures payées cher deviennent moins chères (grâce à l’exonération totale de cotisations sociales).
  • Pourtant, au mois d’août 2008, on recense 41 300 demandeurs d’emploi supplémentaires. Une hausse jamais vue depuis 1993. Car, entre temps, la croissance s’effondre et les chiffres du chômage sont repartis à la hausse.

La belle machine des heures sup’, notent les auteurs des Bobards économiques, produit un effet « pro-cyclique »: dans une période de difficultés et d’incertitudes, les chefs d’entreprise ont le choix entre faire travailler davantage les salariés déjà présent ou en embaucher de nouveaux.Bien qu’il manque encore 375 000 emplois par rapport au premier trimestre 2008 dans le secteur marchand, les salariés qui ont conservé leur poste ont effectué 1,5 million d’heures supplémentaires de plus qu’il y a trois ans. Les 174 millions d’heures supplémentaires totalisées au cours du seul premier trimestre 2011 représentent l’équivalent de 382 000 emplois à temps plein. Autrement dit, si on en avait effectué la moitié seulement, on aurait pu combler déjà la moitié du retard pour revenir au niveau d’emploi d’avant la crise, remarquent les journalistes d’Alternatives Economiques.

Les salariés en poste ont-ils au moins vu leur pouvoir d’achat augmenter comme promis? Une étude de la Dares publiée le 7 juillet 2011 indique que 16 % des salariés déclarent que les mesures d’allongement du temps de travail ont permis d’augmenter leur revenu, mais 14% des salariés déclarent avoir effectué des heures supplémentaires sans compensation (rémunération ou repos).

Emploi des seniors: le rendez-vous manqué

Les seniors sont de plus en plus nombreux à se retrouver au chômage. Début 2011, plus de 6% des plus de 50 étaient sans emploi. Autre chiffre, celui des plus de 50 ans recensés en catégorie ABC à Pôle Emploi. Il a explosé avec la crise, augmentant de 29% entre février 2009 et septembre 2010, soit une progression supérieure de 10 points à celle de l’ensemble des demandeurs d’emploi de cette catégorie, notait le journaliste Marc Landré sur son blog.

Pourtant, le gouvernement n’a pas choisi d’améliorer la situation de l’emploi des seniors avant de reculer l’âge de la retraite. Ni de réfléchir aux conditions de travail propices au maintien dans l’emploi.

Car plus d’un tiers des travailleurs âgés de 50 à 59 ans affirment avoir été exposés pendant 15 ans ou plus à un poste pénible, selon l’enquête « Santé et itinéraire professionnel » de la DARES. Quelles en sont les conséquences ? L’enquête révèle que 24% des seniors concernés se déclarent limités dans leurs activités quotidiennes du fait d’un problème de santé contre 17% des autres seniors. Ils sont également moins souvent en emploi après 50 ans (chômeurs ou inactifs, avec ou sans reconnaissance administrative d’un problème de santé). Les plus de 50 constituaient en 2004 environ la moitié des salariés déclarés inaptes, selon l’enquête « Santé et vie professionnelle après 50 ans ». Lire Espérance de vie et CSP.

A l’issue des débats sur les retraites, il a surtout été décidé d’un nouveau rendez-vous en 2013 ; rendez-vous qui aurait pour objet une réforme qualifiée de systémique (en opposition aux réformes dites « paramétriques » dont l’objet est de modifier les paramètres des régimes de retraite sans en changer le fonctionnement proprement dit).

Emploi des jeunes: des mesurettes

“Les jeunes constituent bien une catégorie à part, avec un taux de chômage qui depuis les années 80 n’est jamais descendu au-dessous de 15 %. Ensuite, ils sont plus sensibles à la conjoncture que les autres classes d’âge. Pendant la crise, le taux de chômage moyen a progressé de deux points, en partant de 7 %, alors que le taux de chômage des jeunes, qui était déjà à 17,5 %, est passé à 24,2 ! “, rappelait la présidente du Conseil d’Orientation pour l’Emploi, auditionnée par la Commission des Affaires sociales de l’Assemblée Nationale. Conseillère de Paris et conseillère régionale d’Ile de France, sous bannière UMP, elle n’en a pas moins mis en garde contre l’arrêt complet et hâtif des mesures prises par l’Etat pour soutenir l’emploi des jeunes durant la crise:

On a vu au cours des six derniers mois de 2010 s’éteindre un à un la plupart des dispositifs mis en place au moment de la crise. Les exonérations de charges dans les toutes petites entreprises, qui bien sûr ont créé des effets d’aubaine mais, c’est l’essentiel, ont montré leur efficacité, sont arrivées à échéance. Puis les administrations de l’emploi, ayant épuisé leurs crédits, ont donné un coup de frein silencieux mais brutal aux contrats aidés, en particulier pour les jeunes. Les contrats initiative emploi, dont toutes les études montrent l’efficacité, sont passés de 50 000 par trimestre à 5 000. Les mesures de soutien à l’alternance, limitées dans le temps – ce qui se comprend pour des mesures anticrise –, ont été un moment reconduites, non sans hésitation, avant de cesser à nouveau. Bref, la politique de l’emploi a connu un véritable coup d’arrêt. Certes, les mesures de soutien conjoncturel coûtent cher, mais elles devraient être maintenues tant que la crise n’est pas terminée.

Le gouvernement a cru pouvoir relâcher l’effort dans le budget 2011 en apercevant quelques maigres indices d’amélioration de la situation de l’emploi. Et les mesures prises depuis -plus mesurettes que réelles ambitions- tardent à faire sentir leurs effets aujourd’hui:

  • Nicolas Sarkozy a ainsi promis en février 2011 la création d’un système de « bonus-malus » pour les entreprises qui excèdent ou n’atteignent pas leur quotas d’apprentis. Mais son introduction ne commencera à produire réellement ses effets le 28 Février 2012, au moment du versement de la taxe d’apprentissage sur la masse salariale 2011, et les assouplissements introduits par la loi n’auront que des impacts marginaux sur le nombre de contrats d’apprentissage signés à la rentrée, signale sur son blog l’économiste Michel Abhervé.
  • Dans la lettre de mission à Alain Joyandet, sur l’Emploi des jeunes, le Président de la République rappelle son objectif étant de « former 800 000 alternants dont 600 000 apprentis d’ici 2015, et un million à terme”. Pourtant, pour l’instant, les chiffres sèment le doute : au premier semestre, non seulement le nombre de jeunes en alternance n’a pas progressé, mais il a baissé de 2%, remarque sur son blog Michel Abhervé, citant les derniers chiffres de la DARES. Plus précisément, alors que le contrat de professionnalisation (pour les jeunes) progresse, le contrat d’apprentissage, au coeur de la préoccupation des pouvoirs publics, recule de 8%.

L’économiste se veut néanmoins optimiste: « L’enjeu est dans les prochaines semaines, car c’est dès la rentrée que l’essentiel des contrats se signent et une inflexion de tendance est encore possible ». Notant toutefois qu’un millier de conseillers, « compétents et directement opérationnels », vont dans les prochaines semaines devoir quitter les Missions locales , en raison de la fin des crédits du plan d’urgence.

Elsa Fayner

Pour aller plus loin

Be Sociable, Share!

Publié dans : Actualité | Choix politiques | Insertion professionnelle | Retraites

le 24/08/2011, par Elsa Fayner

2 commentaires

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.