Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Embauche: mieux vaut venir d’Enghien-les-Bains que de Sarcelles, surtout quand on est une femme 1 commentaire

ceeCette étude examine les effets croisés du sexe, de l’origine (française ou marocaine) et de la réputation du lieu de résidence (Enghien-les-Bains, Sarcelles, Villiers-le-Bel) sur la discrimination à l’embauche. Les évaluations sont réalisées sur des données expérimentales à l’aide d’un testing conduit entre décembre 2008 et janvier 2009 et ciblé sur la profession d’informaticiens Bac+5, en Ile-de-France. Une profession qualifiée et en tension, pour laquelle les discriminations devraient a priori être très réduites.

Douze CV similaires ont été construits et envoyés en réponses à 307 offres d’emploi dans toute l’Île-de-France.

Résultats:

Une discrimination spéciale femmes

Nous trouvons des effets significatifs du lieu de résidence, mais uniquement pour les femmes. Plus précisément, nous trouvons trois effets significatifs: la discrimination existe pour les femmes d’origine française résidant à Villiers-le- Bel (- 4,6 points), ainsi que pour les femmes d’origine marocaine, qu’elles résident à Sarcelles (- 5,9 points) ou à Villiers-le-Bel (- 4,6 points). Globalement, seules les femmes semblent donc être pénalisées lorsqu’elles résident à Villiers-le-Bel ou Sarcelles plutôt qu’à Enghien.

Les candidat d’origine marocaine discriminés quand ils résident à Sarcelles

Sinon, dans l’ensemble, pour l’accès aux entretiens d’embauche de cette profession en tension, l’origine marocaine n’apparait pas systématiquement discriminante pour les hommes, quelle que soit leur commune de résidence. Toutefois lorsqu’ils résident à Sarcelles, les hommes d’origine marocaine ont de plus faibles chances que les hommes d’origine française d’accéder à un entretien d’embauche pour un poste en contrat à durée indéterminée.
Ces résultats convergent pour témoigner de l’existence de discriminations à l’embauche à la fois selon l’origine, le sexe et le lieu de résidence. Même en se plaçant sur un terrain a priori peu propice aux discriminations, une profession qualifiée et en tension où la discrimination à l’embauche peut être excessivement coûteuse pour les employeurs qui la pratiquent, nous trouvons de multiples preuves statistiques de l’existence de formes conditionnelles de discrimination. Ces preuves sont robustes ; elles résistent si l’on diversifie les méthodes statistiques et si l’on intensifie les contrôles, en prenant en considération des variables caractérisant la nature des offres d’emploi.

Elles permettent de conclure à un effet spécifique et important du lieu de résidence sur l’accès à l’emploi, indépendamment des caractéristiques individuelles de la personne, qui sont pleinement contrôlées par l’approche expérimentale.
Lire le Document de travail, n° 128, juillet 2010, Emmanuel Duguet, Yannick L’Horty, Loïc du Parquet, Pascale Petit, Florent Sari.

Lire aussi Trajectoires et origines : enquête sur la diversité des populations en France. Premiers résultats, C. Beauchemin, C. Hamel et P. Simon, Ined, Paris, Document de travail, n° 168, octobre, 156 p., (2010).

Be Sociable, Share!

Publié dans : Égalité professionnelle | Insertion professionnelle | Marché du travail

le 5/09/2010, par Elsa Fayner

1 commentaire

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.