Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

De la souffrance ouvrière à la maltraitance animale O commentaire

abattoirs-pourquoi-le-livre-steak-machine-n-est-pas-chez-leclercDepuis la mise en lumière de la maltraitance animale par les vidéos de l’association L214, une série de journalistes et un romancier se sont penchés, eux, sur la maltraitance des ouvriers de ces abattoirs. Ceci expliquant peut-être cela.

Le but n’est pas de responsabiliser les auteurs de ces violences sur les animaux, mais de donner à voir par un autre prisme la souffrance qui règne dans cet environnement, humaine.

Dans Steak machine, Geoffrey Le Guilcher raconte son été passé incognito à travailler dans un abattoir breton. Il décrit par les mots les maux provoqués par un rythme effréné et le weekend, la drogue pour oublier. Et également en images, avec son reportage coréalisé pour Envoyé spécial, Ouvriers d’abattoirs : des bourreaux ou des hommes.

Dans Le Peuple des abattoirs, une journaliste végétarienne résume ses dix jours passés comme ouvrière, cette fois avec l’accord de la direction.

Une cadence qui rend fou

Dans Saigneurs, les réalisateurs Vincent Gaullier et Raphaël Girardot raconte à quel point la cadence est responsable de toutes les souffrances, physiques et psychiques, du personnel.

Un débit qui rend fou Erwan, le personnage principal du roman noir à paraître le 31 août, Jusqu’à la bête, de Timothée Demeillers. Il y narre la division sexuée des tâches dans l’usine, la barrière entre les saisonniers, qui prennent leur mal en patience le temps d’un été, et les permanents, abonnés à vie à quitter celle des animaux.

Be Sociable, Share!

Publié dans : À la une | Culture

le 31/05/2017, par Rozenn Le Saint

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.