Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Comment les forces psychologiques mènent la finance et l’économie O commentaire

Les économistes américains George Akerlof (prix Nobel d’économie 2001) et Robert Shiller montrent dans cet ouvrage l’utilité de revenir à la théorie de John Maynard Keynes pour trouver des solutions à la crise financière d’aujourd’hui. Une théorie qui souligne le rôle crucial des forces psychologiques, ou « esprits animaux » dans l’économie et la finance. Les auteurs proposent donc une nouvelle vision de l’économie, intégrant des phénomènes d’ordre mental, et permettant de comprendre l’économie dans sa réalité, avec ses hauts et ses bas, ses périodes de stabilité comme de déséquilibre. (Présentation de l’éditeur)

Les auteurs

George Akerlof est professeur d’économie à l’University of California, Berkeley et Prix Nobel d’économie 2001. Il a publié antérieurement des dizaines d’articles et trois livres, An Economic Theorist’s Book of Tales (l984), Efficiency Wage Models of the Labor Market (1985), avec Janet Yellen, et Explorations in Pragmatic Economics (2005).

Robert Shiller est professeur d’économie et de finance à Yale. Il a publié de nombreux articles et cinq livres, dont Irrational Exuberance, traduit en français chez Valor éditions. Il est un des meilleurs représentants de la finance comportementale et l’un des économistes américains les plus respectés.

Les esprits animaux. Comment les forces psychologiques mènent la finance et l’économie, de George A. Akerlof et Robert J. Shiller, 304 pages/ 22€/ ISBN 978-2-7440-6399-2, A paraître le 25 septembre 2009, Pearson.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Culture | Néo-management

le 7/09/2011, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.