Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Comment anticiper les risques psychosociaux? O commentaire

novethic2Stress, démotivation, absentéisme, et parfois, suicide…les situations de mal être au travail se multiplient, d’autant plus exacerbées par la crise économique qui a engendré d’inévitables restructurations au sein des entreprises. Pourtant peu d’entre-elles ont mis en place une véritable politique en la matière.

Le 14 juillet, à Marseille, un salarié de France Telecom s’est suicidé, mettant explicitement en cause « la surcharge de travail », « l’urgence permanente » et le « management par la terreur ». Depuis février 2008, c’est le 18ème cas de suicide dans l’entreprise, auxquels s’ajoutent 10 tentatives. Certes, ces situations tragiques restent assez rares, mais aujourd’hui 4 salariés sur 10 se déclarent stressés par le travail, selon un sondage réalisé en juin pour l’Anact (agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail). Et ce sentiment se trouve renforcé par le contexte économique actuel : 54% des salariés stressés affirment ainsi que la crise a aggravé cet état. Alors que les plans sociaux se multiplient, plusieurs études et chercheurs alertent d’ailleurs sur le fait que les « survivants » -les personnes épargnées par les licenciements- sont particulièrement exposés au stress, mal-être, épuisement et autres manifestations de fragilité.

Lire la suite de l’article sur Novethic.

Encadré:

Les pertes de qualité, l’absentéisme et le turnover résultant du stress représentent entre 3 et 4% du PIB des pays industrialisés, selon une étude du BIT: journées de travail perdues, prix des soins, absentéisme, décès prématurés par rapport à l’âge de la retraite.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Stress, santé

le 30/07/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.