Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Combien gagnent ces grands patrons qui veulent payer plus? 5 commentaires

Seize grands patrons demandent mardi 23 août « l’instauration d’une contribution exceptionnelle qui toucherait les contribuables français les plus favorisés », selon un texte qui leur a été soumis par Le Nouvel Observateur.

« Au moment où le déficit des finances publiques et les perspectives d’aggravation de la dette de l’Etat menacent l’avenir de la France et de l’Europe, au moment où le gouvernement demande à tous un effort de solidarité, il nous semble nécessaire d’y contribuer », indique également le texte.

Riche idée, mais pourquoi leur contribution resterait-elle « exceptionnelle »?

Rappelons les salaires touchés en 2010 par les signataires (auquel il faut ajouter pour certains des stock-options et des actions gratuites):

  • Jean-Paul Agon, PDG de L’Oréal: 3 835 000 € (+12,1%)
  • Maurice Lévy, PDG de Publicis: 3 600 000 € (+0%)
  • Philippe Varin, président du directoire de PSA Peugeot Citroën: 3 253 700 € (+318,3%)
  • Christophe de Margerie, PDG de Total: 3 015 030 € (+12,8%)
  • Franck Riboud, PDG de Danone: 2 897 370 € (+0%)
  • Frédéric Oudéa, PDG de la Société générale: 2 876 325 € (+157,6%)
  • Marc Ladreit de Lacharrière, président de Fimalac: 1 700 933 € (+2,17%) en 2009
  • Stéphane Richard, PDG d’Orange: 1 658 729 €
  • Antoine Frérot, PDG de Veolia Environnement: 1 552 255
  • Jean-Cyril Spinetta, président d’Air France-KLM, président du conseil de surveillance d’Areva: 1 268 740 en 2007
  • Marc Simoncini, président de Meetic, fondateur de Jaïna Capital: 140 000 en 2009
  • Liliane Bettencourt, actionnaire de L’Oréal ;
  • Denis Hennequin, PDG d’Accor depuis janvier 2011 (ex directeur de Mc Donalds Europe)
  • Claude Perdriel, président du conseil de surveillance du Nouvel Observateur ;
  • Jean Peyrelevade, président de Leonardo & Co France ;
  • Louis Schweitzer, président de Volvo et d’AstraZeneca.

Source: Le journal du net

En janvier 2011, le Nouvel Obs menait également une enquête intitulée « Comment les grands patrons échappent à l’impôt »

Be Sociable, Share!

Publié dans : Actualité

le 23/08/2011, par Elsa Fayner

5 commentaires

  • daumy dit :

    ne point oublier la participation
    l’interessement
    les contrats d’assurance vie
    les postes gratifiants dans des filiales de paradis fiscaux

  • matt dit :

    J’aimerais bien savoir s’il y a une seule personne, parmi ces signataires, qui ne rémunère pas des conseillers pour « optimiser » sa fiscalité… c’est-à-dire pour payer le moins d’impôts possible. Ça rendrait cet appel (un peu) moins hypocrite :-)

  • andré martin dit :

    Nous demandons à ces grands patrons qui veulent payer plus de donner une évaluation du montant total que leur « contribution exceptionnelle » fera rentrer dans les caisses vides de l’Etat en 2011, en 2012, 2013, 2014. Puis de comparer ce chiffre aux 100 milliards d’euros de recettes fiscales (annuelles) auxquelles l’Etat a renoncé en dix ans … et au montant des intérêts que ces mêmes signataires perçoivent annuellement sur les titres de dette publique qu’ils détiennent.

    Nous leur demandons également de faire connaître l’ordre de grandeur des recettes supplémentaires qui rentreraient annuellement dans les caisses de l’Etat, si les entreprises qu’ils dirigent réduisaient de moitié les montants de l’évasion fiscale qu’elles pratiquent.

    Texte intégral de cette Adresse aux 16 super riches signataires de l’appel « Taxez-nous ! »
    sur http://www.retraites-enjeux-debats.org/spip.php?article686

  • Laurent dit :

    Dans quelle démocratie vivons nous?
    Le montant de l’impôt est voté jusqu’à présent par le parlement. La politique générale est aussi votée par le parlement. Ce parlement est la représentation du peuple.
    Dans cet appel à quoi assiste t-on des personnes veulent orienter le barème de l’impôt les concernant dans une certaine direction mais pas trop. Si c’est trop fort, ils y aura des effets négatifs (ce n’est pas de la menace mais cela y ressemble) « Cette contribution serait calculée dans des proportions raisonnables, dans le souci d’éviter les effets économiques indésirables tels que la fuite des capitaux ou l’accroissement de l’évasion fiscale ».
    Mais cette contribution n’est pas gratuite : « elle doit s’inscrire dans un effort plus global de réforme, tant sur les dépenses que sur les recettes. »
    On peut même s’interroger si cette phrase n’est pas en contradiction avec  »
    bénéficié d’un modèle français et d’un environnement européen auxquels nous sommes attachés et que nous souhaitons contribuer à préserver »
    en résumé c’était bien avant mais il faut que cela change sans préciser la direction.
    En résumé il y a des hommes et une femme qui veulent dicter leur politique à 64 millions de citoyens. Cela fait un moment que cela dure, mais je leur conseillerai de prendre un conseiller en communication pour que cela ne soit pas trop voyant!

  • […] me if you can » Quand on regarde la liste des 16 patrons français et leurs revenus élevés, on peut aussi y voir de nombreux financeurs de la vie politique française. Un message à peine […]

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.