Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

« Ce poste, il ne peut le tenir, cependant il veut travailler » O commentaire

mainkiecrit2Chronique de Marielle Dumortier, médecin du travail, auteure de Mon médecin du travail.

Je vois Patrick en visite d’embauche pour un emploi de chauffeur poids lourd dans une petite entreprise de transport.
Il a 47 ans, me dit n’avoir aucuns antécédents médicaux, ne prendre aucun traitement.
Son examen clinique est normal, je le mets donc apte à ce poste de travail qui consiste à livrer la nuit, en région parisienne des colis de petit poids.
Six mois plus tard, Patrick demande à me voir dans le cadre de la visite de pré reprise : il est en arrêt depuis deux mois pour une très grosse fatigue, il m’apprend alors qu’il est séropositif depuis quelques années, traité par trithérapie! Il m’apporte une lettre de son médecin traitant demandant un aménagement de poste…
Dans un premier temps, je suis agacée par le manque de confiance de Patrick en la médecine du travail. Je lui explique que l’on aurait évité bien des complications si, à la première visite, il ne m’avait pas menti. Il m’explique qu’il avait peur de ne pas être embauché, qu’il ignorait que le médecin du travail pouvait l’aider. J’ai l’habitude de ce genre de réflexions qui m’attristent…
Patrick semble complètement perdu, il est désespéré et ne sait plus quoi faire : ce poste, il ne peut le tenir, cependant il veut travailler.
Avec son accord, je décide de faire le point d’abord sur son état de santé, ensuite nous parlerons poste de travail.
Après avoir pris contact  avec les différents médecins spécialistes qui le soignent, je revois Patrick : il pourra reprendre son travail à condition de ne pas travailler la nuit. J’explique à Patrick l’intérêt d’être reconnu travailleur handicapé, il hésite, je le dirige vers l’assistante sociale qui l’informe aussi des avantages de ce statut et de la marche à suivre.
Quelques semaines plus tard je revois Patrick à sa demande. Il est d’accord pour que je fasse le certificat  médical pour être reconnu travailleur handicapé.
Avec son accord, je prends rendez-vous avec l’employeur MC, pour lui expliquer qu’à sa reprise du travail Patrick sera reconnu travailleur handicapé, qu’il ne pourra plus travailler de nuit. MC n’est pas très coopératif. Il propose aussitôt un changement de tournée, je m’oppose à ce travail qui nécessite des manutentions lourdes. Après quelques longues discussions, un poste de travail semble possible : le poste de régulateur (c’est celui de l’employé qui fait les plannings) se libèrera dans deux mois, le titulaire part à la retraite.
Je contacte aussitôt le médecin traitant de Patrick qui accepte sans difficulté de laisser Patrick en arrêt maladie jusqu’à cette date.
Je revois depuis Patrick régulièrement, ce travail lui plait, il est ravi bien qu’il ait perdu un peu d’argent en ne travaillant plus de nuit.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Témoignages

le 21/06/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.