Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Cancers chez les imprimeurs O commentaire

Le projet NOCCA (Nordic Occupational Cancer) a passé en revue 2,8 millions de cas de cancer dans les cinq pays nordiques (Islande, Norvège, Suède, Finlande et Danemark).

Ce projet associe les localisations de cancer aux activités professionnelles des malades. Il tient compte des professions exercées par 15 millions de personnes au cours de quatre décennies (du début des années ’60 à la fin des années ’90).

Les résultats du projet mettent en évidence les liens importants qui existent entre les conditions de travail et les cancers. Dans certains cas, ces résultats confirment des associations déjà connues comme les rapports entre les mésothéliomes et les professions impliquant une exposition à l’amiante (plombiers, marins, etc.), les cancers de la peau et les pêcheurs et fermiers qui travaillent en plein air, les cancers des fosses nasales des travailleurs du bois, de très nombreux cancers dans le secteur de la construction où les travailleurs sont soumis à des expositions multiples.

Dans d’autres cas, les résultats du projet apportent des éléments nouveaux. Ainsi, le projet a pu identifier une plus forte prévalence des cancers de la bouche et du vagin parmi les femmes travaillant dans l’industrie chimique ; des cancers de la peau, des cancers du sein (aussi bien féminins que masculins) et des cancers des ovaires parmi les imprimeurs ; des cancers de la thyroïde parmi les femmes travaillant dans l’agriculture

  • Pour en savoir plus (en anglais)
  • L’OMS lance un appel en faveur de la prévention primaire des cancers professionnels: « De nombreux cancers provoqués par des expositions environnementales et professionnelles peuvent être évités. La prévention primaire – éviter les expositions responsables du cancer – est le seul moyen de prévention efficace », indique l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la Déclaration d’Asturies, un texte adopté lors d’une conférence internationale sur les déterminants professionnels et environnementaux du cancer. La déclaration
  • A l’occasion de la journée sur la sécurité et la santé au travail, l’Institut Curie publie un baromètre réalisée avec Viavoice, qui témoigne des préoccupations des français vis-à-vis de « l’après-cancer »: 43% des Français considèrent que la réinsertion dans le monde du travail représente la principale difficulté pour des personnes ayant été traitées pour un cancer
    Sur les 350 000 personnes diagnostiquées pour un cancer chaque année en France, 100 000 d’entre elles travaillent. Une situation qui, avec le recul de l’âge de la retraite et l’augmentation des cas de cancers, risque d’être de plus en plus fréquente.
Be Sociable, Share!

Publié dans : Actualité | Conditions de travail

le 1/05/2011, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.