Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Cadre et rebelle O commentaire

Quand les cadres se rebellentAu cours de leurs recherches, les sociologues et consultants David Courpasson et Jean-Claure Thoenig ont été amenés à croiser plusieurs cadres « rebelles ». Mais ce n’était pas l’objet de leur étude et ils ne s’y sont pas attardé. Aujourd’hui, les deux chercheurs estiment le phénomène en expansion, et ils entendent bien l’analyser.

Le bon petit soldat

Dans leur ouvrage « Quand les cadres se rebellent », ils racontent sept histoires de rébellion, et tentent d’isoler des points communs, pour définit la figure du cadre rebelle: « bon petit soldat », pas contestataire du système, jeune, et plutôt homme.

Une seule femme. Les femmes cadres se rebellent-elles moins? Tout dépend de la définition de la rébellion. C’est là que l’étude reste limitée. David Courpasson et Jean-Claure Thoenig citaient mardi soir, lors d’une conférence autour du livre organisée par la CFE-CGC, le cas de Jean-Paul comme étant emblématique. L’histoire: un vendredi soir, Jean-Paul est chez lui, avec sa femme et son bébé, devant la télévision. Le téléphone sonne. C’est son supérieur, qui lui propose de prendre en main un projet majeur et stratégique pour l’entreprise… dans trois jours, et en Écosse, pour six mois. Après réflexion, Jean-Claude refuse et, dès le lundi, donne sa démission, persuadé qu’il ne peut plus rester. L’entreprise ne le retient pas. Mais, finalement, Jean-Claude sera « chassé » pour prendre le poste dont il rêvait… dans la même entreprise.

La rébellion créatrice

Les histoires emblématiques ont ainsi été sélectionnées sur un parti pris: pour leur côté créatif, positif. Les cadres rebelles ont réussi à poursuivre leur carrière en étant davantage reconnus dans leurs compétences. Pour les auteurs, il suffirait que les entreprises sachent écouter la critique de l’intérieur, qui s’élève contre des dysfonctionnements, pour proposer des solutions constructives et garder leurs cadres dits à haut potentiel. Il s’agirait, pour elles, d’être enfin disposée à accorder la créativité, l’autonomie, la prise d’initiative qu’elles vantent tant sans les mettre en oeuvre. « Les cadres rebelles manifestent un volonté de bien faire leur travail quand les entreprises ne le leur en donnent pas les moyens », précise David Courpasson. « Ils veulent montrer qu’il est possible de combiner vie personnelle et performance ».

De plus en plus de rebelles en cravate

Pour David Courpasson et Jean-Claure Thoenig, les comportements de ce type, les rébellions de cadres à haut potentiel, se multiplient, et devraient continuer à se répandre. Pour trois raisons:

  • projet managerial des trente dernière années continue à être appliquer, qui veut concilier autonomie et contrôle, participation et objectifs, décentralisation et productivité à tout crin. Ce sont les cadres qui se retrouvent au coeur de cette tension, à essayer de concilier l’inconciliable.
  • les cadres perdent leur identité dans des multinationales où les supérieurs sont lointains, les services éclatés et les positions hiérarchiques présentées comme aplanies.
  • les entreprises commettent de plus en plus de maladresses en ne respectant pas la vie privée des cadres, en ne reconnaissant pas leur travail. Les cadres en ont pris conscience et ne supportent plus d’être disponibles en permanence.

David Courpasson et Jean-Claure Thoenig ont créé un site internet, pour recueillir les témoignages de cadres rebelles: www.jeresiste.com.

Les questions des cadres présents à la conférence organisée autour du livre révèlent d’ores et déjà que d’autres formes de rébellion existent. Parfois, notamment, les cadres rebelles contactent discrètement les syndicats pour que ceux-ci mènent une action en parallèle à la leur. Dans d’autres cas, les cadres se rebellent passivement, en ne relayant plus les consignes. Et les réponses des auteurs concernant la quasi absence de femmes dans leur échantillon n’ont pas convaincu. Pourquoi une femme qui refuse une promotion pour pouvoir s’occuper de son enfant le soir ne serait-elle pas elle aussi une rebelle? Où sont les différences? Une analyse à suivre.

Lire la synthèse de ce débat sur le site de la CFE-CGC.

Voir le débat en vidéo.

L’Observatoire des cadres, de la CFDT Cadres, avait également organisé le 12 septembre 2008 un séminaire, « Vent de défiance chez les cadres? », à l’occasion de la sortie du livre. Lire les actes du séminaire.

Les auteurs:

David Courpasson est professeur à l’EM-Lyon. Jean-Claude Thoenig, ancien professeur à l’INSEAD, est directeur de recherche (émérite) au CNRS affecté au laboratoire Dauphine Recherche en Management, université Paris-Dauphine. Tous deux sont consultants et sociologues des organisations.

Pour aller plus loin:

Le GDR cadres, Groupement De Recherches interdisciplinaire sur les cadres (CNRS) a organisé en décembre 2006 une journée d’études journée d’étude sur le thème « (Re)penser la rébellion des cadres ».
Le 30 janvier 2009, le GDR cadres a organisé colloque autour du thème des « Cadres: heurts et malheurs d’une catégorie ».

Pour en savoir plus sur les cadres, consultez la base documentaire du GDR, véritable mine d’informations.

Be Sociable, Share!

Publié dans : Au bureau | Culture | Néo-management

le 1/02/2009, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.