Et voilà le travail

Chroniques de l'humain en entreprise Le blog de Rozenn Le Saint, créé par Elsa Fayner.

Bilan positif pour l’application du code Afep-Medef de gouvernance d’entreprise O commentaire

wkrhL’Afep (Association française des entreprises privées) et le Medef ont publié, le 6 décembre, leur deuxième rapportapplication en 2009 du code patronal de gouvernement d’entreprise des sociétés cotées par les sociétés de l’indice SBF 120. sur l’

Au total, 103 sociétés, dont 35 sociétés du CAC40, ont été étudiées. Par rapport à 2008, l’Afep et le Medef constatent une amélioration importante dans le respect des recommandations et la qualité de l’information délivrée dans les rapports annuels. Autre constat : les entreprises féminisent leurs conseils d’administration ou de surveillance. La proportion des femmes est passée en un an de 9,1 % à 11,3 % pour les sociétés du SBF120 et de 11,3 % à 15,4 % pour les sociétés du CAC 40 et ce, alors que la recommandation préconisant de renforcer la place des femmes dans ces conseils n’a été publié qu’en avril 2010.

Rémunérations des dirigeants

Comme en 2008, l’ensemble des entreprises disposent de rapports annuels comportant un chapitre consacré à l’information des actionnaires sur la rémunération individuelle des dirigeants mandataires sociaux. De plus, la totalité des entreprises comparent la rémunération des dirigeants avec celle de l’exercice précédent et ventilent la rémunération individuelle entre part fixe et part variable.

Le pourcentage de sociétés disposant d’un tableau récapitulatif des rémunérations de chaque dirigeant mandataire social pour l’exercice concerné et le précédent est en hausse : 95 % des sociétés du SBF120 le présentent, contre 92,5 % en 2008, et 97 % des sociétés du CAC 40, contre 94 % en 2008. « Quatre sociétés du SBF120 présentent un tableau partiellement conforme », note le rapport.

Concernant la part variable de la rémunération, « toutes les sociétés du CAC40 et 101 sociétés du SBF 120 (soit 98 %) prévoyaient le versement d’une partie variable à au moins l’un de leurs dirigeants mandataires sociaux », mais cette partie variable a fait l’objet d’une renonciation dans quatre sociétés. La quasi-totalité des sociétés SBF 120 (92 %) et des sociétés du CAC 40 (91,5 %) prévoyant une partie variable indique les critères de détermination de cette partie. Même si cette proportion reste élevée, elle est en baisse : 95 % en 2008 pour les sociétés du SBF 120 et 97 % pour le CAC 40. De plus, la moitié des sociétés du SBF 120 (50,5 %) et les trois quarts des sociétés du CAC 40 (73,5 %) donnent des informations sur l’application des critères. Le rapport note encore que le pourcentage d’entreprises du SBF 120 rattachant la partie variable à l’exercice au titre duquel elle est calculée est passée de 96 % en 2008 à 99 % en 2009

Stock-options

La moitié des sociétés du SBF 120 (51,5 %) et les 3/4 des sociétés du CAC 40 (74,5 %) ont attribué des options de souscription ou d’achat d’actions (stock-options) en 2009.

Lire la suite dans Liaisons Sociales Quotidien, 08/12/2010

Be Sociable, Share!

Publié dans : Entreprises | Salaires

le 10/12/2010, par Elsa Fayner

Poster un commentaire

Parité et conseils d’administration

Île-de-France : des inégalités de revenus centralisées

Ce site est hébergé par Art is code et propulsé par Wordpress.

Témoignez !

Votre travail vous interpelle, vous choque, vous l’avez vu évoluer et vous souhaitez le raconter, écrivez-moi, votre récit sera peut-être publié.